C'est mon week-end, France info

Balade à San Sebastián, capitale européenne de la culture

C’est mon week-end! Chaque jeudi sur France Info, des idées d’escapades avec Ingrid Pohu. Aujourd’hui, nous partons dans le nord de l’Espagne à Saint-Sébastien ( "Donostia" en basque et "San Sebastián" en espagnol). Au même titre que Wroclaw en Pologne, la ville a été désignée capitale européenne de la culture en 2016. Et ça bouillonne déjà !

--'--
--'--
Radio France

Mis à jour le
publié le

(San Sebastien, capitale européenne 2016 © Maxppp)

Musique, arts plastiques, littérature… jusqu’en décembre la culture donne encore plus d’allure à cette coquette cité basque espagnole de 186.000 habitants. Autre chiffre à retenir : 18, c’est la température actuelle à Saint-Sébastien et 18 c’est aussi le nombre de kilomètres qui la sépare de la frontière française. Pas loin de Bayonne, Biarritz et Saint-Jean-de-Luz.

 

La première chose à faire quand on arrive à Saint-Sébastien ?

Grimper sur les collines verdoyantes du mont Igeldo. De là, on domine la ville construite entre deux baies séparées par le fleuve Urumea. Le vieux train à crémaillère, 104 ans au compteur, vous y emmène, forcément ça ballote un peu. A l’horizon, mer bleu azur, quelques points s’agitent, ce sont les baigneurs de la plage très courue de la Concha. Son sable orangé colle aux basques. Et s’égrène quand on longe à pied la corniche jusqu’à l’élégant et très british palais Miramar. Mira ! Mira ! Les côtes espagnoles font aussi rêver.

(panorama depuis le mont igeldo © sansebastianturismo.com)

Et sur la plage de la Zurriola c’est cours de surf ?

 Très en vague, ce spot est situé au cœur du quartier Gros, ultra tendance avec ses galeries d’art dont la Tabakalera où se joue en ce moment "Time machine soup" un spectacle insolite où les comédiens remontent le temps en buvant de la soupe (Soupe de grands-mères, de sorcières, de la Mésopotamie…). A déguster dans le cadre de ces festivités culturelles 2016.

 

Mais avant la soupe, il y a l’apéro dans les bars à Pintxos ?

Une institution, ce sont les bars à tapas locaux. Moules à l’escabèche, croquettes de morue servis avec le txacoli, LE vin blanc fruité de la côte. Pour 20€, il existe même une visite guidée spéciale "Pintxos". Dans les ruelles bondées de la vieille ville, rue Mayor et Place de la Constitución, hay animación, il y a de l’ambiance : amis, parents, grands-parents, enfants tout le monde s’y retrouve. Chose amusante, les habitants sont plutôt timides. Quand vous leur demandez : "Vous parlez français ?" Ils répondent "non"…sauf qu’au bout d’une minute ils se lancent et le parlent parfaitement !

 

On peut aussi parcourir Saint-Sébastien à vélo ?

 80 km de pistes cyclables et quand on lève le nez on est tout de suite frappé par l’influence française sur l’architecture comme le pont María Cristina véritable réplique du pont Alexandre-III à Paris. Au 19è siècle, la plupart des têtes couronnées d’Europe se retrouvaient en villégiature à Saint-Sébastien comme nous l’apprend le musée historique San Telmo. On entend presque la calèche de l’impératrice Eugénie de Montijo battre le pavé. Les jardins de son palais d’été (le palais d’Aiete) de style néoclassique offrent aussi de jolies balades iodées.

 

Une adresse iodée justement pour dormir face à la mer ?

 

L'Hôtel Niza en face de la fameuse plage de la Concha. 79€ la nuitée.

EN PRATIQUE

Saint-Sébastien capitale européenne de la culture en 2016, programme complet sur le site dss2016.eu

(San Sebastien, capitale européenne 2016 © Maxppp)