C'est mon boulot, France info

L'irrésistible montée des réseaux sociaux d'entreprise

C'est un nouvel outil qui va transformer notre façon de travailler. Son nom : le réseau social d'entreprise. Un "Facebook" du boulot qui fait son chemin dans les entreprises françaises.

--'--
--'--
Radio France

Mis à jour le
publié le

(Les réseaux sociaux d'entreprises deviendront aussi indispensables que les smartphones © FOTOLIA)

Les réseaux sociaux d'entreprise, personne ne connaissait il y a encore quatre ans. Aujourd'hui, les trois-quarts des entreprises du CAC 40 en ont installé un. Et un tiers des salariés français en serait déjà équipés, selon une étude que le cabinet Axys Consultants vient de sortir avec Opinion Way. Et ça n'est que le début. Il parait que leur montée est irrésistible. Que dans deux ou trois ans, ils seront aussi indispensables que les smartphones professionnels.

Stop à l'infobésité

Alors qu'est-ce que c'est que ce nouveau venu dans le monde du travail ? Tout simplement un "machin " qui ressemble à Facebook, à Viadéo ou à Linkedin... mais qui n'est ouvert qu'aux salariés d'un même groupe. A ce moment-là de l'histoire, on se dit qu'on a déjà bien assez à faire avec les mails et justement avec ces bons vieux réseaux sociaux personnels que l'on consulte en moyenne entre un quart d'heure et une demie-heure par jour au boulot. L'infobésité, le trop plein d'informations, nous fait déjà perdre assez de temps comme ça.

" Les réseaux sociaux d'entreprise ne sont pas faits, en principe, pour être un deuxième "Facebook ", mais celui-là contrôlé par le patron. Le principe, c'est de permettre de partager directement des informations "métiers " "

Sauf que les réseaux sociaux d'entreprise ne sont pas faits, en principe, pour être un deuxième "Facebook ", mais celui-là contrôlé par le patron. Non, le principe, c'est de permettre de partager directement des informations "métiers ". Un exemple : des commerciaux de différentes agences qui se donnent des tuyaux pour mieux répondre à un appel d'offres. Des techniciens d'une usine qui partagent leur expérience avec ceux d'une autre unité du groupe, pour améliorer la productivité ou la sécurité des comptables qui échangent sur le sens de certains indicateurs.

L'expertise à portée de main

Parmi les avantages que ces utilisateurs y voient, à quatre vingt six pour cent, il y a "résoudre des problèmes plus rapidement ". Plus besoin de rechercher l'adresse électronique de l'expert qui a la réponse à son problème. On poste sa question, on a la réponse. Autre point fort : pour quatre vingt quatre pour cent des utilisateurs, les réseaux sociaux permettent "d'élargir ses compétences et ses connaissances ". L'intérêt, c'est que ces échanges décloisonnent. Mieux, ils applatissent la hiérarchie. Ils font sauter des verrous. Pas étonnant que les jeunes de la génération Y en soient de fervents adeptes.

" C'est tout un système de management à l'ancienne qui risque de prendre un sacré coup de vieux "

Reste que certains refusent de s'y mettre. Environ un tiers d'entre eux. Ils ne voient pas l'intérêt, trop compliqué. Parmi eux, des managers, qui voient d'un mauvais oeil que les collaborateurs échangent trop librement. Et c'est vrai que si les réseaux sociaux d'entreprise continuent de faire tâche d'huile, c'est tout un système de management à l'ancienne qui risque de prendre un sacré coup de vieux.

(Les réseaux sociaux d'entreprises deviendront aussi indispensables que les smartphones © FOTOLIA)