C'est mon boulot, France info

L'explosion du travail au noir

Le travail au noir explose en France. Un documentaire diffusé ce soir, sur France 5, en explore toutes les facettes.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
avatar
Philippe DuportRadio France

Mis à jour le
publié le

(Manifestation des Sans Papiers en mai 2013 à Paris. © Maxppp)

Des vendeurs sur un marché provençal, des serveuses dans un restaurant breton, des maçons sur un chantier francilien. Un point commun : tous travaillent au noir. C’est le sujet d’un documentaire diffusé ce soir dans l’émission « Le Monde en face », sur France 5, présentée par Marina Carrère d’Encausse. Avec quelques images choc de  "descentes" des inspecteurs de l’Ursaff et d’auditions de contrevenants.

Le travail au noir est en plein boom ces dernières années. Plusieurs explications. La hausse du coup du travail pour les particuliers qui emploient un salarié à domicile a joué. Plus de 16.000 équivalents temps plein ont disparu l’an dernier dans les services à la personne, alors qu’a priori les besoins de nounous et de gardes malades sont les mêmes ! Au-delà de ce secteur, c’est le ras-le-bol fiscal en général qui fait le lit du travail au noir.

Internet et l'explosion de la fraude aux travailleurs détachés

Deuxième facteur, internet ! Avec des dizaines de sites qui mettent en relation des particuliers pour se donner des coups de main. Payants mais pas toujours déclarés. C’est ce que l’on appelle l’économie collaborative. Ca rend des services, mais ça peut aussi conduire à la fraude.

Enfin et surtout, il y a la très spectaculaire explosion de la fraude aux travailleurs détachés. Depuis dix ans, de plus en plus de salariés d’autres pays européens sont envoyés en France : ils sont censés payer les cotisations sociales de leur pays d’origine et être payé au tarif français. Sauf que les fraudes sont innombrables. Un salarié détaché sur deux ne serait pas déclaré. Pour la sécu, c’est un manque à gagner d’environ 400 millions d’euros.

(Manifestation des Sans Papiers en mai 2013 à Paris. © Maxppp)