C'est mon boulot, France info

C'est mon boulot. La rémunération au mérite inquiète les fonctionnaires

La rémunération au mérite des fonctionnaires figurait dans le spromesses du candidat Macron.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
avatar
franceinfoPhilippe DuportRadio France

Mis à jour le
publié le

Manifestation de fonctionnaires à Nantes (Loire-Atlantique), le 12 septembre 2017.
Manifestation de fonctionnaires à Nantes (Loire-Atlantique), le 12 septembre 2017. (LOIC VENANCE / AFP)

Suppression de postes, gel des rémunérations, rétablissement du jour de carence. Les fonctionnaires sont inquiets quant à leur rémunération. Ils sont appelés par  les syndicats à manifester dans la rue, mardi 10 octobre. Ils craignent une rémunération au mérite qui figurait dans les promesses du candidat Macron.

Développer la rémunération au mérite au motif que la revalorisation uniforme par le point d'indice est "injuste et démotivante pour les fonctionnaires" : depuis l'élection présidentielle, l'idée fait son chemin. Bruno Le Maire, le ministre de l'Economie, et Gérald Darmanin, celui de l'Action publique, ont expliqué il y a quelques jours qu'ils voulaient ouvrir une concertation de fond sur la rémunération dans la Fonction publique. Le but : mettre en place un nouveau système "en prenant davantage en compte, objectivement, le mérite".

Ça grince côté syndicats. La CGT parle de "vieux serpent de mer". La CFDT assure de son côté qu'il est déjà possible de récompenser l'investissement d'un fonctionnaire. Ça s'appelle l'avancement.

A Suresnes, la rémunération au mérite existe déjà

Pourtant les Français semblent favorables à la prise en compte du mérite pour les fonctionnaires : 64% d'entre eux voient ça d'un bon œil, selon un sondage Elabe réalisé en mars dernier. Et sur le terrain, ça existe déjà. En tout cas à Suresnes, seule ville ayant institué la rémunération au mérite pour ses fonctionnaires, comme le confirme Béatrice de Lavalette, adjointe au maire de Suresnes aux Ressources humaines et au Dialogue social : "L'idée était de permettre que chaque agent soit évalué par son supérieur hiérarchique à partir d'une grille, qui va de 'très insuffisant' à 'excellent', en passant par 'insuffisant', 'à améliorer', 'bon', 'très bon', 'excellent' et 'exceptionnel'. Nos primes vont de −35% à +35% pour les catégories A, −25% à +25% pour les catégories B et −20% à +20% pour les C".

Et au bout du compte, les agents publics de Suresnes ont été plutôt gagnants : "Il y a un peu plus de 4% qui ont perdu du régime indemnitaire et environ 15% qui ont connu des hausses. Dans un contexte de gel du point d'indice, c'est la seule façon pour nos agents de voir leurs traitements évoluer." Une pilule qui passe bien puisque le nombre de recours contre ces décisions a baissé.

Manifestation de fonctionnaires à Nantes (Loire-Atlantique), le 12 septembre 2017.
Manifestation de fonctionnaires à Nantes (Loire-Atlantique), le 12 septembre 2017. (LOIC VENANCE / AFP)