C'est mon boulot, France info

2015 l'année du travail à distance

« C’est mon boulot », tout ce qui va changer dans la vie quotidienne au travail l’année prochaine. Une année 2015 qui pourrait bien être celle du décollage du télétravail.

--'--
--'--
Radio France

Mis à jour le
publié le

(2015 l'année du travail à distance © Fotolia)

Beaucoup d’ingrédients sont réunis et la pâte devrait enfin lever. Le télétravail, le travail à distance, le travail flexible, bref le fait de ne plus devoir se rendre au bureau tous les jours de la semaine mais de travailler d’ailleurs, de chez soi ou d’un « tiers lieux », est vraiment en train de s’imposer. D’abord parce qu’on assiste à un « effet de masse ». Le nombre d’entreprise qui ont signé un accord sur le télétravail commence à devenir assez important pour que les autres prennent l’idée au sérieux. Soixante pour cent des entreprises du CAC quarante ont organisé le travail à distance où l’expérimentent.

Le travail chez soi

Chez les salariés, il y a un vrai appétit. Tous les sondages le montrent. Le dernier en date, produit par Citrix, affirme que quatre vingt douze pour cent des Français aimeraient bien travailler deux jours par semaine en dehors de leur bureau habituel. Deux jours par semaine, c’est d’ailleurs la formule la plus souvent adoptée dans les entreprises qui se sont lancées.

Deuxième raison pour que ça décolle : tous les grands opérateurs de l’immobilier construisent ou sont en train de construire des « télécentres ». Le terme n’est pas très sexy, mais la réalité l’est davantage. Il s’agit de bureaux situés près des zones résidentielles qui permettent d’aller travailler dans un environnement pro sans avoir pour autant à s’infliger des heures de transports pour rejoindre « le siège ».

Parmi les clients potentiels de ces télécentres, il y a les collectivités locales. Et c’est la troisième raison qui pourrait expliquer le décollage prochain du télétravail. Les communautés de communes et les départements, par exemple, sont plutôt candidats à faire passer une partie de leurs agents en télétravail… mais il manque un décret pour sécuriser la formule. Décret qui devrait sortir au début de l’année.

Les travailleurs du savoir

L’enjeu du travail à distance n’est pas que « décoratif ». Il ne s’agit pas simplement de faire une faveur à quelques salariés qui habitent loin du bureau. Une étude a montré que si le télétravail se généralisait dans la seule population dite des travailleurs du savoir, la France pourrait gagner près de dix milliards d’euros.

Une chose est sûre : la demande pour plus de flexibilité est bien là. Ceux qui y ont goûté ne veulent pas renoncer aux avantages du travail à distance. Plus de concentration, moins d’énergie dépensée pour rien, plus d’efficacité. Restent les schémas culturels à changer dans les entreprises. Tout est réuni pour qu’ils bougent enfin à partir de 2015.

(2015 l'année du travail à distance © Fotolia)