C'est dans ma tête, France info

C'est dans ma tête. Enfants et pornographie

Les parents s’inquiètent de l’accès de leurs enfants, via Internet, à la pornographie. Revenons sur les dangers qu’elle représente pour les enfants et sur la façon dont les parents peuvent les protéger.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
avatar
franceinfoClaude HalmosRadio France

Mis à jour le
publié le

Les parents s\'inquiètent de l\'exposition de leur enfant à la pornographie.
Les parents s'inquiètent de l'exposition de leur enfant à la pornographie. (MAXPPP)

On estime aujourd’hui que les enfants voient (en moyenne), pour la première fois, des images pornographiques aux alentours de 10 ans.

Il est donc normal que les parents s’inquiètent.

En quoi ces images sont-elles dangereuses ?

Pour comprendre ce danger il faut se rappeler que la sexualité, qui est un facteur d’épanouissement et d’équilibre pour tous les êtres humains, n’est pas déterminée par des gènes, elle se construit. Dès l’enfance et en fonction de ce que les enfants vivent. Et tous les "psys" savent, parce que leurs patients le leur apprennent tous les jours, que cette construction est particulièrement fragile. Il faut donc la protéger.

De quoi faut-il la protéger ?

Des intrusions : la sexualité des enfants est radicalement différente de celle des adultes. (Si on parlait en termes d’électricité on pourrait dire que le "voltage" n’est pas le même). Donc, quand de la sexualité adulte se mêle à celle de l’enfant, c’est toujours pour lui très violent et très destructeur. Cela arrive en cas d’abus sexuel, bien sûr. Mais cela arrive aussi, plus fréquemment, quand l’enfant est amené à être spectateur de la sexualité de ses parents (ou d’autres adultes), soit parce qu’il voit, soit parce qu’il entend certaines choses. Et il faut savoir que même la nudité des adultes est perturbante pour un enfant (de très nombreux adultes en témoignent).

Donc les films pornographiques sont particulièrement perturbants ?

Bien sûr. Parce que l’enfant est envahi par des scènes de sexualité adulte.

Et, comme les images qu’il voit provoquent en lui des sensations, tout se passe comme s’il participait à ces films. Donc tout ce qu’il éprouve, dans son corps et dans sa tête, va s’inscrire en lui. Et c’est d’autant plus dangereux que, d’une part, la sexualité qui lui est présentée est une sexualité sans échange et sans respect de l’autre et que, d’autre part, elle est fondée sur des pratiques dont l’enfant va penser qu’elles sont les seules possibles

Donc les films pornographiques violent la sensibilité de l’enfant et peuvent, en plus, influer sur sa sexualité future.

Que peuvent faire les parents ?

Il faut que les parents préviennent leurs enfants de l’existence de ces images, et de la nécessité d’en parler, sans culpabilité, s’il en voit. Mais un enfant ne pourra le faire que s’il sait que la sexualité est un sujet dont il peut parler avec ses parents. Et il ne peut le savoir que s’ils lui ont déjà donné toutes les informations dont il a besoin. Un enfant à qui ses parents, n’ont toujours pas expliqué, à 5 ans, comment on fait les bébés, n’osera jamais leur parler des images pornographiques qu’il a vues. En matière de pornographie, la prévention passe aujourd’hui, plus que jamais, par l’information des enfants.

 

 

Les parents s\'inquiètent de l\'exposition de leur enfant à la pornographie.
Les parents s'inquiètent de l'exposition de leur enfant à la pornographie. (MAXPPP)