C'est dans ma tête, France info

C'est dans ma tête. Des troubles autistiques chez les tout petits surexposés aux écrans ?

Un médecin de l’Essonne a lancé récemment un cri d’alarme. Elle dit recevoir des enfants de moins de 5 ans qui passent 6 heures par jour sur des tablettes. 

00:00-00:00

audio
vidéo
avatar
Claude HalmosfranceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

Pas de tablette pour les petits de moins de 3 ans. 
Pas de tablette pour les petits de moins de 3 ans.  (CAIAIMAGE/PAUL BRADBURY / RISER / GETTY IMAGES)

Un médecin de PMI de l’Essonne a lancé récemment un cri d’alarme. Elle dit recevoir des enfants de moins de 5 ans qui passent 6 heures par jour sur des tablettes. Et avoir constaté chez certains de ces enfants des troubles d’ordre autistique. Les précisions de la psychanalyste Claude Halmos. 

Il faut être très prudent avec ce genre de déclarations

Claude Halmos

Elles peuvent soit affoler les parents, soit au contraire, parce qu’ils peuvent les penser excessives, les détourner de la prévention. Il faudrait par exemple préciser ce que l’on entend par "troubles autistiques". Et surtout évaluer cette hypothèse à partir d’un échantillon d’enfants, représentatif. Mais, cela dit, il est parfaitement vrai que les écrans perturbent, et perturbent gravement le développement des enfants petits.

Pourquoi les écrans perturbent-ils le développement des enfants petits ?

D’abord parce qu’un enfant doit, pour grandir normalement, développer parallèlement ses capacités intellectuelles, ses facultés sensorielles et ses capacités physiques. Quand un enfant petit joue avec des jouets, des cubes, quand il manipule de la pâte à modeler ou quand il dessine, il sollicite en même temps sa tête (son intelligence) ses cinq sens et ses capacités motrices et cela lui permet un développement harmonieux.

A l’inverse quand un enfant est assis, passif et les yeux perdus dans sa tablette où tout se fait magiquement, il ne sollicite pas son intelligence.  Et il ne sollicite pas non plus son corps, puisqu’il lui suffit d’un doigt pour faire apparaître ce qu’il veut.
Il ne peut donc que développer des retards d’acquisition et des retards moteurs, qui sont de plus générateurs d’angoisse. Parce que l’enfant, fasciné par sa tablette, est comme ligoté, entravé par l’attrait qu’elle exerce sur lui. Cette fascination le coupe de la réalité et peut même le conduire à croire que la réalité est ce qu’il voit dans sa tablette.

Cela pose-t-il  aussi d’autres problèmes à ces enfants ?

Oui. Parce qu’un enfant ne peut pas se développer dans la solitude. Il a besoin des autres. Il a besoin que des adultes lui parlent pour pouvoir accéder lui-même à la parole : les enfants auxquels on ne parle pas ont des retards de langage. Il a besoin, pour pouvoir prendre conscience de son existence, que des adultes s’adressent à lui. Et il a besoin d’eux pour qu’ils lui expliquent le monde.
Et puis il a besoin des autres enfants parce que, pour apprendre le jeu, l’échange, la présence des autres enfants est indispensable.

Un enfant de moins de 3 ans seul avec un écran est un enfant en danger

Claude Halmos

Que peut-on conseiller aux parents ?

D’abord de comprendre qu’un enfant de moins de trois  ans qu’on laisse seul avec un écran est un enfant en danger. Donc pas d’écran avant trois ans. Et ensuite une grande modération dans l’usage des écrans. Une tablette n’est pas un interlocuteur. Utilisée de façon excessive, elle peut même faire perdre le contact avec la réalité. Et être un facteur de repli sur soi et d’isolement.

Pas de tablette pour les petits de moins de 3 ans. 
Pas de tablette pour les petits de moins de 3 ans.  (CAIAIMAGE/PAUL BRADBURY / RISER / GETTY IMAGES)