C'est comment ailleurs ? , France info

C'est comment ailleurs ? Les transports gratuits à Tallinn

Alors que les bus sont désormais gratuits à Niort, franceinfo s’intéresse à la capitale de l'Estonie où la population ne paie pas les transports en commun 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
avatar
franceinfoGérald RouxRadio France

Mis à jour le
publié le

Un bus de Tallinn en 2013, alors que la gratuité vient d\'entrer en vigueur 
Un bus de Tallinn en 2013, alors que la gratuité vient d'entrer en vigueur  (RAIGO PAJULA / AFP)

La ville de Tallinn est devenue le 1er janvier 2013 la première capitale européenne à instaurer la gratuité des transports public, en premier lieu pour des raisons économiques et sociales.  

Mesure sociale avant tout  

C'est une des conséquences de la crise économique de 2008-2010 qui a frappé le monde entier et aussi les Estoniens. De nombreux habitants de Tallinn n'étaient plus en mesure de payer leurs transports en commun. Alors, un référendum a été organisé par la municipalité sur la gratuité des transports et la population a dit "oui".

Petite capitale et petit réseau

Tallinn est une ville de 440.000 habitants, dans un pays de seulement 1,3 million d’habitants. Le réseau de transports en commun n'est pas grand non plus avec seulement quatre lignes de tramway, une soixantaine de lignes de bus et également quelques trolleybus. Rien de comparable avec la région parisienne.  

Plus de monde dans les transports  

La municipalité assure que la fréquentation des transports a augmenté de 8% depuis 2013. Il faut dire que pour une famille avec deux enfants, la gratuité représente une économie de 50 euros par mois, ce qui n'est pas rien quand on sait que le salaire moyen d'un Estonien est deux fois moins élevé que celui d'un Français.  

Financement assuré

Les transports en commun de Tallinn ont perdu 12 millions d'euros de recettes par an, qui correspondaient aux ventes de tickets sur une année. Mais la municipalité assure que cette perte et largement compensée par des rentrée fiscales en nette hausse. Etant donné que la gratuité est limitée aux résidents de Tallinn, la capitale estonienne a attiré de nouveaux habitants, environ 30.000 habitants de plus, dont une bonne part était alléchés par la gratuité.   

Encore trop de voitures

La pollution n’a pas encore baissé massivement car la voiture reste beaucoup utilisée par les habitants de la banlieue de Tallinn qui ne bénéficient pas d'un bon réseau et surtout de la gratuité. Cela pousse la capitale estonienne à envisager d'étendre la gratuité des transports publics à l'ensemble de la région.

Un bus de Tallinn en 2013, alors que la gratuité vient d\'entrer en vigueur 
Un bus de Tallinn en 2013, alors que la gratuité vient d'entrer en vigueur  (RAIGO PAJULA / AFP)