C'est comment ailleurs ? , France info

C'est comment ailleurs ? Le typhon Haiyan sur les Philippines

Alors que l’ouragan Irma a détruit Saint-Martin et Saint-Barthélemy, franceinfo s’intéresse au typhon Haiyan qui avait dévasté les Philippines en 2013

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
avatar
franceinfoGérald RouxRadio France

Mis à jour le
publié le

(PHILIPPE LOPEZ / AFP)

Si Irma a atteint une puissance jamais vue dans l’Atlantique, le super typhon Haiyan avait une intensité comparable, causant des dégâts considérables et fait des milliers de morts aux Philippines essentiellement, mais aussi au Vietnam, à Taiwan et en Chine.  

Puissance jamais vue

Formé en novembre 2013, Haiyan était à l'époque le plus puissant de cyclones qui aient jamais touché terre depuis que les relevés météo existent. Des vents ont soufflé jusqu’à 360 km/h. Et surtout des vents à 295 km/h durant 24 heures. Sur cette dernière mesure, Haïyan a été dépassé par Irma qui a récemment généré des vents de 295 km/h pendant 33 heures.  

Philippines durement touchées  

Les Philippines ont été le pays le plus meurtri par Haiyan. Le cyclone a balayé deux îles du centre du pays. La ville de Tacloban a été dévastée. Les images des destructions étaient impressionnantes puisqu’elles montraient des maisons pulvérisées, les arbres décimés, des bateaux énormes échoués. Comme si une bombe atomique avait explosé.  

Le bilan s’est établi à 7350 mort ou disparus et plus de 4 millions de personnes déplacées, sur une population totale de 100 millions d'habitants aux Philippines. Le typhon a aussi frappé Taïwan (26 morts), le Vietnam (14 morts) et la Chine (6 morts).    

Dégâts matériels énormes  

Les dégâts matériels dans les Philippines ont été très importants. On estime que le passage du typhon a causé pour 10 milliards d'euros de dégâts dans la région la plus touchée, qui était déjà une des plus pauvres du pays. A l'époque, l'ONU a estimé qu'il faudrait une décennie pour remettre complètement sur pied cette région. Les secteurs économiques comme les plantations de cocotiers ou les ports de pêche ont été particulièrement touchés, ce qui a engendré du chômage.  

Reconstruction

L'effort de reconstruction a demandé une énergie considérable. De nombreuses ONG se sont mobilisées. Il a fallu par exemple former de nouveaux charpentiers pour aider à reconstruire des maisons plus solides qu'auparavant. Certaines habitations ont pu être rapidement reconstruites, mais des retards ont été pris ailleurs et certaines victimes vivaient toujours sous des tentes un an après la catastrophe.

(PHILIPPE LOPEZ / AFP)