C'est comment ailleurs ? , France info

C'est comment ailleurs ? Le méga-festival Sziget en Hongrie

Alors que l'homme d'affaire Matthieu Pigasse rachète Rock en Seine, l'un des plus gros festivals français, franceinfo s’intéresse au festival hongrois qui rassemble 500 000 personnes en été

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
avatar
franceinfoGérald RouxRadio France

Mis à jour le
publié le

Des festivalières du Sziget en Hongrie en 2015 
Des festivalières du Sziget en Hongrie en 2015  (ATTILA KISBENEDEK / AFP)

Ce festival s'appelle de Sziget et se déroule à Budapest, dans l'une des deux îles qui se trouvent sur le Danube, l’île d'Obuda, dans un cadre verdoyant. Certains l'appellent le "Woodstock européen", en raison de sa taille, de son aspect bucolique et de son état d'esprit très cool. Les plus grosses pointures de la galaxie pop s'y croisent, comme Rihanna en 2016.

Un demi-siècle d’existence

Le festival existe depuis 1993. Il a commencé tout petit. Le fondateur du Sziget était une rock star locale. L'ambiance était libertaire, avec des gens avides de nouvelles musiques, quelques années seulement après la chute du communisme. Puis, le développement a été rapide et le Sziget est devenu un monument, sacré à plusieurs reprises meilleur festival européen.

Festival de la démesure

Il s’étend sur sept ou huit jours avec 500 concerts sur une superficie quatre fois plus importante que celle du site des Eurockéennes de Belfort. Pour ces concerts, il y a une cinquantaine de scènes différentes. Devant la plus grosse scène, peuvent se masser 75 000 personnes, soit presque la jauge du stade de France. Il y a des stars énormes, mais aussi des artistes plus confidentiels, issus des scènes alternatives.

Animations et citoyenneté

A côté de la musique, Gérald, ce festival propose pas moins de 1 000 animations. Du divertissement pour une jeunesse en vacances. Plage, cirque, théâtre, village sportif, saut à l’élastique, danse contemporaine, des arts plastiques.

Il y aussi un côté citoyen, ouvert sur le monde avec de multiples stands d’ONG, de l'écologie, des associations d'aide aux migrants, des mouvements LGBT.

Une majorité d’étrangers

Le public est composé de Hongrois, mais surtout une majorité d'étranger, venus d'une centaine de pays différents. Beaucoup peuvent venir avec les vols lowcost qui desservent Budapest.

Tout ce beau monde se retrouve ensuite dans les campings du site où la température atteint parfois 40 degrés car le climat continental domine en Hongrie.

Beaucoup d’argent

Pour décrocher des stars il faut les grands moyens. Ainsi pour Rihanna, le festival aurait déboursé un million d'euros, ce qui représente 10% du budget consacré aux artistes. Forcément, cela se répercute sur le prix des billets. Le pass journée coûte 65 euros. Pour sept jours, c'est 300 euros, ce qui représente le Smic en Hongrie.

En janvier 2017, 70% du capital du Sziget a été racheté par un investisseur américain, Providence Equity Partners.

Des festivalières du Sziget en Hongrie en 2015 
Des festivalières du Sziget en Hongrie en 2015  (ATTILA KISBENEDEK / AFP)