C'est comment ailleurs ? , France info

C'est comment ailleurs ? La polémique sur Irma en Grande-Bretagne

En pleine polémique sur les secours aux sinistrés français de l’ouragan Irma, franceinfo s’intéresse à la controverse à Londres au sujet des îles Vierges britanniques

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
avatar
franceinfoGérald RouxRadio France

Mis à jour le
publié le

(HANDOUT . / X80001)

Si l’opposition critique le gouvernement français pour avoir sous-estimé Irma à Saint-Martin et Saint-Barthélemy, la polémique existe aussi à Londres depuis trois jours. En Grande-Bretagne, dès vendredi 8 septembre, deux parlementaires influents, le conservateur Tom Tugendhat et le travailliste Stephen Twigg, ont critiqué la réponse du gouvernement à l'ouragan Irma dans les îles Vierges britanniques où l'on dénombre cinq morts. 28 000 personnes vivent dans ce territoire d’outre-mer britannique.  

Les deux hommes politiques ont écrit à Boris Johnson, le ministre britannique des Affaires étrangères, pour lui dire que les mesures étaient pour l'instant insuffisantes et qu'il fallait faire mieux. Ils ont cité des experts et des gens sur place qui estiment que la réflexion avant le drame n'a pas été bonne. Johnson réplique que le gouvernement fait tout son possible.  

Navire trop lent ?  

Les deux parlementaires ont mis l'accent sur l'envoi tardif dans les îles Vierges d'un bâtiment de la marine britannique, le HMS Ocean, l'équivalent d’un navire Mistral en France, un navire de débarquement régulièrement utilisé comme porte-hélicoptères. Ce bâtiment va mettre deux semaines à atteindre les îles Vierges car il était jusqu'à présent en Méditerranée. Pour les deux parlementaires, le bateau arrivera trop tard.   

Les premières troupes britanniques sont arrivées dès vendredi dans les îles et sont aujourd’hui au nombre de 500. Par ailleurs, un premier bâtiment de la Royal Navy est arrivé sur place car il se trouvait déjà dans la région caraïbe.  

Sur les îles Vierges, un sentiment d’abandon  

Les habitants des îles Vierges se sentent eux-aussi abandonnés et estiment souvent que la réponse du gouvernement britannique est trop lente, voire pathétique, en comparaison de la réaction des Français et des Néerlandais à Saint-Martin. De plus, ils ont l'impression que les médias se sont désintéressés de leur cas très rapidement en se focalisant sur le passage d'Irma en Floride.

Nourriture, eau, abris, les gens manquent de tout, alors que des pillages ont été signalés là-aussi. Beaucoup de sinistrés veulent quitter les îles Vierges pour rejoindre la Grande-Bretagne.  

Les habitants ont beaucoup de mal à communiquer car ils n'ont plus de téléphone. Le seul moyen d'être informés sur leurs proches, ce sont les réseaux sociaux pour ceux qui peuvent y accéder. Sinon, pour avoir des informations, il ne reste souvent que le bouche-à-oreille.

(HANDOUT . / X80001)