Audioguide, France info

"Nu Bleu" d'Henri Matisse

Comme les quatre autres pièces d'une série réalisée en 1952, Nu Bleu II reprend une pose, bras croisé derrière la nuque, jambe repliée devant le buste, souvent traitée par Matisse tant en peinture (Nu assis, Olga, 1910), qu'en sculpture (Nu couché, 1907, Vénus à la coquille, 1930-51).

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
avatar
Jean-Luc GrzeskowiakRadio France

Mis à jour le
publié le

(Cécile Debray conservatrice au Centre Pompidou © RF/Jean-Luc Grzeskowiak)

De cette œuvre bidimensionnelle émane une impression de ronde-bosse.

Héritant de Cézanne , Matisse considère le bleu comme la couleur du volume et de la distance . Les vides qui marquent les articulations du corps, tout en unifiant par la ligne les parties fragmentées, procurent à l'ensemble un effet de relief. Enfin, la simplification des formes rappelle la stylisation du corps dans la sculpture africaine , que Matisse collectionne dès le début de sa carrière.

Le corps semble prendre forme au cœur d'un espace sans limite, ce qui lui confère un caractère monumental.

La série des Nus Bleus témoigne de l'aboutissement d'une réflexion et d'une recherche sur la figure dans l'espace qui ont occupé Matisse tout au long de sa vie.

Découvrez le nouvel accrochage des collections moderne du Centre Pompidou

(Cécile Debray conservatrice au Centre Pompidou © RF/Jean-Luc Grzeskowiak)