8h30 politique, France info

Affaire Weinstein : "Quelque chose est en train de monter, de l'ordre de la révolte des femmes", estime Sandrine Rousseau

L'ancienne porte-parole d'EELV, Sandrine Rousseau, a réagi ce samedi 14 octobre matin sur franceinfo sur l'affaire Weinstein, évoquant notamment "une révolution douce", "de l'ordre de la révolte des femmes".

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

Sandrine Rousseau est notamment revenue sur les sujets des violences faites aux femmes,  des glyphosates, et de la pollution atmosphérique.
Sandrine Rousseau est notamment revenue sur les sujets des violences faites aux femmes,  des glyphosates, et de la pollution atmosphérique. (FRANCEINFO)

Sandrine Rousseau a réagi ce samedi 14 octobre matin sur franceinfo sur l'affaire Weinstein. Le producteur hollywoodien Harvey Weinstein est accusé de viols et d'agressions sexuelles. Une dizaine de femmes ont témoigné ces derniers jours. "Quelque chose est en train de monter, de l'ordre de la révolte des femmes", a déclaré l'ancienne porte-parole d'Europe Écologie Les Verts, et auteure du livre Parler / Violences sexuelles : pour en finir avec la loi du silence.

"Les femmes n'acceptent plus ce système. C'est une révolution douce qui est en train de passer", a estimé Sandrine Rousseau. "Mais il ne faudrait pas que cette affaire masque la forêt qu'il y a derrière, ajoute-t-elle. Parce que partout où il y a des positions de pouvoir, dans les entreprises, les hôpitaux, les associations, il y a des comportements de ce genre. Évidemment que dans la politique, il y en a. Et permettez-moi de noter qu'il n'y a pas tant d'affaires qui sortent, alors qu'à mon avis, il y a matière à en sortir beaucoup plus".

"En France, seul 1% des agresseurs sexuels et violeurs sont condamnés. Il y en a 99% qui continuent tranquillement leur vie", a-t-elle rappelé. On ne considère pas que ce soient des délits et des crimes qui méritent d'être regardés de près. La justice n'a pas les moyens d'enquêter", a conclu Sandrine Rousseau.

La Mairie de Paris souhaite interdire la circulation de voitures diesel en 2024 et voitures essence en 2030. "Ce n'est pas une mesure simple mais c'est une décision courageuse", a salué l'ancienne porte-parole d'EELV. "La pollution atmosphérique est un vrai sujet. Paris est l'une des capitales où il y a le plus de voitures. Il faut faire reculer la place de la voiture. La pollution fait beaucoup de morts. Il y a des enfants qui meurent, qui ont de l'asthme à cause de la pollution. Il faut donc agir", a-t-elle déclaré. Sandrine Rousseau souhaite que ce plan sur la voiture soit "mis en place à l'échelle de l'Île-de-France. Ce type de mesure va permettre le progrès, cela nous oblige à complètement réinventer notre mobilité. C'est un véritable enjeu".

La Commission européenne doit décider ce mois-ci sur le renouvellement de la licence du glyphosate, cet herbicide utilisé notamment dans le Roundup, un produit fabriqué par Monsanto et considéré comme "probable cancérigène" par l'Organisation mondiale de la santé. Sur ce sujet, "Nicolas Hulot doit se battre un peu seul contre un gouvernement qui n'est pas sur la même ligne que lui", regrette Sandrine Rousseau.

"Sur le glyphosate, il faut qu'il obtienne un arbitrage. Il faut que Nicolas Hulot imprime sa personnalité sur ces débats-là. S'il y arrive, alors, quelque part, il peut faire avancer les choses. S'il n'y arrive pas, alors il faudra qu'il en tire les conséquences", considère Sandrine Rousseau.

Sandrine Rousseau est notamment revenue sur les sujets des violences faites aux femmes,  des glyphosates, et de la pollution atmosphérique.
Sandrine Rousseau est notamment revenue sur les sujets des violences faites aux femmes,  des glyphosates, et de la pollution atmosphérique. (FRANCEINFO)