8h30 Toussaint-Aphatie, France info

Présidentielle : Florian Philippot estime que "beaucoup d'électeurs de Mélenchon" peuvent voter pour Marine Le Pen

Le vice-président du Front national, invité de franceinfo mardi, a estimé que "beaucoup d'électeurs" de Jean-Luc Mélenchon pouvaient voter pour Marine Le Pen au second tour de la présidentielle.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

Florian Philippot n\'imagine pas que Christine Boutin puisse rejoindre le gouvernement de Marine Le Pen si cette dernière est élue présidente de la République.
Florian Philippot n'imagine pas que Christine Boutin puisse rejoindre le gouvernement de Marine Le Pen si cette dernière est élue présidente de la République. (FRANCEINFO)

Florian Philippot, vice-président du Front national, invité de franceinfo mardi 25 avril, a répondu aux regrets de Jean-Marie Le Pen qui a vu une campagne du FN "trop cool". Le président d'honneur du parti, sur France Inter mardi, a appelé à traiter de thèmes "plus clivants" et "plus efficaces électoralement" que la question européenne, tels que l'immigration. Alors que la candidate du FN a recueilli 21,3% des voix, Florian Philippot, s'est dit au contraire "très heureux" de la campagne où "on a parlé de tout", reprochant à Emmanuel Macron d'avoir "entretenu une espèce de flou, de brouillard, par le vide, par le creux, par le marketing de ses discours". 

Regard vers les électeurs de Jean-Luc Mélenchon 

Alors que Jean-Luc Mélenchon n'a pas pris position pour le second tour de l'élection présidentielle, Florian Philippot a estimé que beaucoup d'électeurs de La France insoumise pourraient se tourner vers son parti au second tour : "Je sais que, parmi ses électeurs, beaucoup refuseraient, de toute façon, de voter pour Macron, et beaucoup peuvent voter pour nous."

"Nous, on est pour l'abrogation de la loi El Khomri, pas pour une loi El Khomri puissance dix. Nous, on veut se battre contre le poids de la finance, pas pour donner les clés à la finance et à la grande banque", a poursuivi Florian Philippot, qui précise toutefois que "non, il n'y a pas de proximité" avec La France insoumise, le parti de Jean-Luc Mélenchon. "Non, il n'y a pas de proximité, on l'a bien dit avant le premier tour, mais je crois que, pour ses électeurs, il y a beaucoup de Françaises et de Français qui n'accepteront pas que ce soit un ancien ministre ultralibéral de Hollande qui dirige la France et qui feront plutôt un choix souverainiste."

Et regard vers Debout la France... 

Nicolas Dupont-Aignan, président du mouvement de Debout la France, qui a recueilli 4,7% des suffrages dimanche dernier, a réservé sa décision pour le second tour. Selon Florian Philippot, il a fait "un très bons score" et "il a laissé la porte grande ouverte pour exprimer un choix qui serait celui de la France, le choix de mettre la France au-dessus de tout, contrairement à d’autres". Le vice-président du FN a visé "certains républicains qui ont choisi le sobriquet d'Emmanuel Hollande avant le premier tour et qui ont raison puisque Hollande s’est rallié à Macron", mais qui "le lendemain appellent à voter pour Macron""C’est incompréhensible pour les électeurs français", a jugé Florian Philippot.

Selon Florian Philippot, Marine Le Pen a démontré qu'elle était "le meilleur moyen de faire gagner les patriotes". "Certes, nous sommes challenger, mais nous sommes combatifs, et on va aller chercher chaque voix, convaincre chaque électeur et chaque électrice d'où qu'ils viennent", a-t-il ajouté.   

Christine Boutin, limitée à une voix

Christine Boutin a prôné "le vote révolutionnaire" en faveur de Marine Le Pen pour faire battre Emmanuel Macron au second tour de la présidentielle. Interrogé sur cette position prise par l'ex-présidente du Parti chrétien démocrate (PCD), Florian Philippot a déclaré : "Elle ne nous rejoint pas. Elle vote pour nous" 

Par ailleurs, réagissant à un journaliste qualifiant, ce mardi, sur franceinfo, le Front national de "parti d'extrême-droite", Florian Philippot, vice-président du parti a dénoncé sur la même chaîne une "insulte" envers les électeurs frontistes : "On n'insulte pas 7,7 millions de Français ainsi, y compris sur le service public." "Pour moi, c'est une insulte, et je crois que les millions de familles qui votent pour nous, et qui s'apprêtent, encore plus nombreuses, à voter pour nous au second tour, se sentent insultées", a ajouté Florian Philippot.

Regardez l'intégralité de l'entretien de Florian Philippot sur franceinfo, le mardi 25 avril.


Présidentielle : Florian Philippot estime que... par franceinfo
RADIO FRANCE / FRANCEINFO

Florian Philippot n\'imagine pas que Christine Boutin puisse rejoindre le gouvernement de Marine Le Pen si cette dernière est élue présidente de la République.
Florian Philippot n'imagine pas que Christine Boutin puisse rejoindre le gouvernement de Marine Le Pen si cette dernière est élue présidente de la République. (FRANCEINFO)