8h30 Toussaint-Aphatie, France info

JO 2024 : "Le budget raisonnable de six milliards d'euros doit être tenu", réclame Christophe Castaner

Le porte-parole du gouvernement, invité de franceinfo jeudi, s'est félicité de l'attribution des jeux Olympiques 2024 à Paris et à la France, tout en alertant sur la nécessité de ne pas dépasser le montage financier. 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

Christophe Castaner, le porte-parole du gouvernement, invité de franceinfo jeudi 14 septembre 2017.
Christophe Castaner, le porte-parole du gouvernement, invité de franceinfo jeudi 14 septembre 2017. (RADIO FRANCE / FRANCEINFO)

Christophe Castaner, le porte-parole du gouvernement, invité de franceinfo jeudi 14 septembre, s'est réjoui de l'attribution des JO 2024 à Paris, tout en alertant sur le respect nécessaire du budget. "Cela doit rapporter de l’ambiance, de la bonne humeur. C’est bien, la bonne humeur, aussi. C'est bien la fierté", a-t-il réagi. Le secrétaire d'État chargé des relations avec le Parlement estime que "la France va être au cœur des regards, au cœur de la passion sportive. Il y a un enjeu économique, de l'aménagement du territoire pour la ville capitale, de grandes infrastructures qui sont nécessaires, mais en même temps un budget qui doit être tenu."

La question du budget alimente de nombreux débats car les villes organisatrices des JO l'ont souvent dépassé. "On a vu en France qu'on avait la capacité sur des grandes opérations de tenir le budget. Je crois qu'il a été raisonnable", a déclaré Christophe Castaner. "C'est un enjeu financier majeur, plus de 6 milliards d'euros qui doivent être mobilisés. Il faut se fixer l’objectif de tenir dans les enveloppes, parce que, derrière, c’est aussi de l’argent public", a-t-il ajouté. 

Pas de "blocage de la France"

Les fédérations CGT et FO des transports ont appelé à la grève à partir du 25 septembreAppelé à réagir au mouvement de contestation sur la réforme du Code du travail qui va se poursuivre, avec de possibles blocages de raffineries, Christophe Castaner a prévenu qu'"on ne peut pas empêcher les gens d'aller travailler". "Le principe de manifestation est juste, mais le principe du blocage de la France ne peut pas l’être", a-t-il estimé. "On ne peut pas imaginer que quelques dizaines, quelques centaines de personnes bloquent la circulation dans notre pays. Mais nous sommes attentifs à ces mobilisations-là", a ajouté Christophe Castaner."

Baisse des loyers sociaux puis baisse des APL

Interrogé sur l'aide au logement et la baisse des APL, Christophe Castaner n'a pas confirmé la diminution de 50 euros par mois, avancée par certaines sources, mais il a précisé le mécanisme. "Il y aura la semaine prochaine la présentation d'un plan global d'action pour le logement, avec l'ambition forte de faire baisser les loyers. Nous avons une capacité d'intervention avec les bailleurs sociaux qui sont des acteurs publics."

Selon Christophe Castaner, il s'agit de "baisser les loyers, et, donc, corrélativement, de baisser l’APL. De faire en sorte que, pour les locataires, ça ne change rien sur le montant des loyers". Le montant "doit être en discussion", a-t-il ajouté, précisant que se profilent des négociations "avec l'ensemble des acteurs du parc social pour trouver la meilleure façon de leur garantir des financements et d'avoir une sorte de contractualisation avec eux".

La "reconstruction" après Irma, avec les fonctionnaires

Après les ravages occasionnés par le passage de l'ouragan Irma à Saint-Martin et Saint-Barthélemy, Christophe Castaner a estimé que "la reconstruction" nécessite "une ambition forte de la France".

Le porte-parole du gouvernement a invité "fonctionnaires" et "enseignants" à "rester sur nos îles" afin de "rouvrir les services publics".  

Regardez l'intégralité de l'entretien de Christophe Castaner sur franceinfo le jeudi 14 septembre 2017.

RADIO FRANCE / FRANCEINFO

Christophe Castaner, le porte-parole du gouvernement, invité de franceinfo jeudi 14 septembre 2017.
Christophe Castaner, le porte-parole du gouvernement, invité de franceinfo jeudi 14 septembre 2017. (RADIO FRANCE / FRANCEINFO)