Avenue de l'Europe, le mag, France 3

VIDEO. Sept ans après la mort du président Lech Kaczyński, la thèse d’un attentat russe divise toujours la Pologne

Le 10 avril 2010, le président polonais Lech Kaczyński disparaît dans le crash de son avion à Smolensk, en Russie. Son jumeau n'a de cesse de relancer la thèse d'un attentat fomenté par la Russie. Une théorie qui divise encore profondément le pays, sept ans après. Extrait du magazine "Avenue de l'Europe".

Voir la vidéo
avatar
France 3France Télévisions

Mis à jour le
publié le

A l'église du Séminaire de Varsovie, tous les 10 du mois, la droite polonaise se rassemble pour célébrer l'anniversaire de la tragédie : le crash de l'avion présidentiel qui, en avril 2010, a causé la mort du président, Lech Kaczyński, avec 95 personnes. Les enquêtes ont conclu à un accident. Mais tout le monde n'est pas de cet avis… Extrait du magazine "Avenue de l'Europe".

Depuis, le jumeau du défunt est devenu l'homme fort du pays, et le PiS, leur parti ultraconservateur, est arrivé au pouvoir. Jaroslaw Kaczyński n'en démord pas : le crash est un attentat… signé Moscou.

"On a tout de suite su qui avait mis son grain de sel dans cette histoire"

La thèse du complot a ses partisans en Pologne : une poignée de manifestants sont postés à la sortie de l'église avec des pancartes insultant Poutine. "Bien sûr que Poutine est responsable de ce meurtre, car il s'agit bien d'un meurtre, affirme un vieux monsieur. Quand on a appris la tragédie, on a tout de suite su qui avait mis son grain de sel dans cette histoire."

Mais il y a aussi ceux que cette obsession antirusse agace. Le même jour, une autre manifestation rassemble des Polonais venus, rose à la main, interpeller Kaczyński. Pour cette participante, "cette théorie, c'est un mensonge. C'est toujours le même mythe d'une Pologne qui relève enfin la tête". L'Eglise, elle, tente de calmer les esprits... 

Extrait de "La Pologne aux avant-postes", un reportage diffusé dans "Avenue de l'Europe" le 15 février 2017.