Envoyé spécial, France 2

Envoyé spécial du jeudi 2 juin 2016

a revoir

Présenté parFrançoise Joly, Guilaine Chenu

Diffusé le 02/06/2016Durée : 01h45

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Pour des raisons liées aux droits de rediffusion, cette émission n'est plus disponible.

"Envoyé spécial" est une émission hebdomadaire de France 2 préparée et présentée par Guilaine Chenu et Françoise Joly et diffusée le jeudi à 20h45. 

Au sommaire

 

Mode, quand la religion fait vendre

 

Des défilés de mode avec des vêtements appelés "pudiques". Des voiles, des tenues amples et couvrantes… ou encore des burkinis, les bikinis-burqas qui permettent aux musulmanes pratiquantes de se baigner sans montrer le moindre bout de peau, hors visage, mains et pieds. Certaines marques de luxe et grand public se lancent à l'assaut de cette mode religieuse. Un marché qui pourrait représenter 480 milliards de dollars en 2019. Cette mode a sa Fashion Week, ses bloggeuses célèbres qui font la pluie et le beau temps du style modest (que les francophones ont traduit par "pudique"), et ses "hidjabistas", les fashionistas en hidjab. Voilées, mais avec style. Ce marché se développe au Moyen-Orient bien sûr, mais aussi au Brésil ou au Royaume-Uni. La France, elle, résiste toujours, la mode religieuse s’y achète exclusivement sur internet. Qui sont les femmes qui se procurent ces vêtements ? Des musulmanes, des évangélistes, mais pas seulement. Enquête.

Un reportage de Virginie Vilar et Wandrille Lanos.

 

Mayotte, histoire d’une faillite

 

Nicolas Sarkozy l’a promis, Nicolas Sarkozy l’a fait. Après l’écrasant succès d’un référendum local, Mayotte devient, en 2011, le 101e département français. Mais selon la Cour des comptes, cette réforme a été "insuffisamment préparée et pilotée". Les écoles de la République ne sont pas assez nombreuses pour ce département à la très forte natalité, elles sont dans un état sanitaire souvent déplorable et, dans ce territoire à majorité musulmane, les règles de la laïcité ne sont pas toujours respectées à la lettre. Le cadastre est imparfait mais les impôts locaux, eux, pèsent parfois très lourdement sur des populations vivant sous le seuil de pauvreté. Là-bas, le RSA est deux fois moins élevé qu’en métropole et près de la moitié de la population n’a pas d’état-civil, tandis qu’un foyer mahorais sur deux n’aurait pas d’adresse et ne peut donc pas recevoir de courrier. Enfin, si la départementalisation a apporté des bienfaits, comme un hôpital digne de ce nom, ils attirent aussi de très nombreux immigrés clandestins venus des Comores voisines, mais qui ont refusé leur rattachement à la France. Mayotte, le parent pauvre de la République française.

Un reportage d’Anne-Charlotte Gourraud.

 

Portrait : Léa Seydoux, l'enfant gâtée du cinéma français ?

 

Léa Seydoux est un jeune visage du cinéma français. En 2013, elle a reçu la palme d'or à Cannes, pour La Vie d’Adèle. Cette année, elle montait à nouveau les marches du palais des festivals, pour Juste la fin du monde, du réalisateur canadien Xavier Dolan, qui a remporté le Grand Prix du jury. Elle a 30 ans, et déjà 30 films à son actif, dont le rôle d'une James Bond girl. Bien née, elle est une héritière, petite-fille du propriétaire des cinémas Pathé et Gaumont et fille d’une Schlumberger, les rois de l’industrie pétrolière. Malgré cette ascendance, Léa Seydoux a vécu une adolescence solitaire et explique ne devoir son succès qu’à elle-même. Pour "Envoyé spécial", l’actrice ouvre les portes de sa maison parisienne, retourne dans sa première école de théâtre et part pour l’île de Gorée, au Sénégal, auprès de sa mère, où elle a passé une partie de son enfance. Portrait intime et exclusif d'une enfant du cinéma.

Un reportage de Céline Hue.

 

Sens caché : l’intifada des couteaux

 

Déjà 30 morts israéliens et plus de 200 palestiniens. Depuis le 1er octobre dernier, c’est une nouvelle forme d’affrontement, un nouveau "cycle de violence", qui se déroule en Israël et dans les territoires occupés : l’intifada des couteaux. Des Palestiniens, jeunes ou moins jeunes, aisés ou non, attaquent des Israéliens, le plus souvent au couteau. Ils blessent et tuent le plus possible avant, en général, d’être abattus. On compte déjà plus de 140 attaques. Ces scènes d’horreur sont filmées ou photographiées puis diffusées sur les réseaux sociaux et les chaînes de télévision en Israël et partout dans le monde. Quel est le rôle d’internet et de la télévision dans cette nouvelle intifada ? Ces images sont au cœur d’une guerre de propagande entre Israéliens et Palestiniens. Comment servent-elles les deux camps ?

Un reportage d’Hervé Ghesquière et Elise Menand.

La rédaction d'"Envoyé spécial" vous invite à commenter l'émission sur sa page Facebook ou sur Twitter avec le hashtag #EnvoyéSpécial.

 

 

data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==