Envoyé spécial, France 2

Envoyé spécial du jeudi 16 juillet 2015

a revoir

Présenté parGuilaine Chenu, Françoise Joly

Diffusé le 16/07/2015Durée : 01h29

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Dans leurs Carnets de voyage de l’été, Guilaine Chenu et Françoise Joly vous font parcourir le monde à travers des reportages inédits. Envoyé spécial explore le tourisme de proximité en France, avec les spectacles de plein air, l’art de la sieste ou celui de voguer sur les rivières et les canaux. L'équipe a aussi testé les formules à petits prix : voyages en autocar, buffets repas, tourisme d’échange et de partage en ligne.

Mais les Carnets de voyage, ce sont aussi des enquêtes : les phobies à la veille des vacances, le business de la météo ou la difficulté de voyager avec un passeport… français. Sans oublier les classiques, avec un gros plan sur les produits phares de l’été : jouets de plage, maillots de bain, tee-shirts, et nouvelles façons de voyager.

> Au programme des "Carnets de voyage" du 16 juillet :

Les phobies : vacances sous haute tension

Les catastrophes aériennes qui se sont succédé ces derniers mois leur donnent des sueurs froides, la visite de la tour Eiffel ou du viaduc de Millau, des frissons d’angoisse. Peur de l’eau, de l’avion, des insectes, de la foule ou du vide… Quand l’été pointe son nez, ces phobies gâchent les vacances de beaucoup de Français. Reconnues comme une maladie par la science, ces craintes excessives et irrationnelles sont vécues avec honte par les personnes qui en souffrent.

Thérapies, stages anti-stress, applis 2.0, assistance téléphonique… Un commerce de la phobie s’est développé. Faut-il croire aux promesses de guérison rapide ? Vaincre ses peurs est un défi douloureux, parfois coûteux mais souvent… victorieux ! Portraits de phobiques en quête d’évasion mentale.

Un reportage de Charlotte Marie.

Voyager avec les séries

Game of Thrones, Plus belle la vie, Breaking Bad, les Témoins… Des séries télé parmi les plus populaires à travers le monde, devenues de précieuses alliées pour les offices de tourisme et les collectivités locales. Car les millions de téléspectateurs cachent... des millions de touristes. Les fans adorent marcher dans les traces de leurs héros, d’un lieu de tournage à l’autre, aux quatre coins de la planète.

À Marseille, dans le quartier du Panier qui a inspiré le Mistral (Plus belle la Vie) déambuleraient chaque année 100 000 visiteurs ! Cet engouement pour l’envers du décor entraîne des retombées positives sur les économies locales, sous forme de visites guidées, repas, hôtels ou camping, achats de souvenirs…

Clientèle touristique très convoitée, les Chinois ont jeté leur dévolu sur la Provence. La région sert de décor à une série chinoise qui captive l’Empire du milieu. Lavande, château, romantisme, tous les clichés y passent, mais ils font recette : le nombre de visiteurs asiatiques a bondi. Avec Game of Thrones, l’Irlande du Nord, elle, redore une image encore souvent associée aux années noires de la guerre civile. Les fans de la série découvrent aussi les paysages et le patrimoine irlandais.

Histoire d’amour, histoire policière ou histoire de conquête du pouvoir, dans les séries, il y en a pour tous les goûts… Mais derrière le petit écran, entre l’industrie du tourisme et l’industrie du cinéma, c’est une histoire d’argent tout court !

Un reportage de Laurent Dy.

Mes vacances en camping-car

Partir à l’aventure, sans avoir rien planifié. Partir sans souci d’hébergement ni contrainte horaire. Rester une heure, une journée, un mois dans un lieu parfois… loin de tout. Au gré de son humeur ! Voilà l’attrait des vacances en camping-car.

En France, 250 000 familles voyagent l’été de cette manière. Avec un sentiment de liberté mais en conservant leurs repères, puisque l’on emmène avec soi sa douche, ses bibelots, ses casseroles !

En période de crise, voilà un bon compromis pour partir à moindre frais... Mais le camping-car est-il aussi économique qu’il le paraît ? Peut-on se poser n’importe où ?
Et à qui s’adresser pour faire l’acquisition de cette "maison roulante" dont le prix varie entre 30 000 euros et … 400 000 euros ?

Rediffusion d'un reportage de Morgane Courgeon (31/07/2014).

 

data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==