Des paroles et des actes, France 2

Des paroles et des actes. Invité : Manuel Valls

a revoir

Présenté parDavid Pujadas, Nathalie Saint-Cricq, François Lenglet, Jeff Wittenberg

Diffusé le 24/09/2015Durée : 02h22

Voir la vidéo
Suivez le live et réagissez en direct
#DPDA
logo
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Manuel Valls est l'invité de rentrée de "Des paroles et des actes". Le Premier ministre est sur le plateau de France 2, jeudi 24 septembre à partir de 20h55. Il est interrogé sur les enjeux de la rentrée politique avec, en ligne de mire, deux échéances majeures : les élections régionales de décembre et la présidentielle de 2017. 

• Autour de David Pujadas, Nathalie Saint-Cricq, François Lenglet et des acteurs du monde économique et associatif interrogent le chef du gouvernement. Pourquoi la reprise se fait-elle attendre ? Quels arbitrages sur le droit du travail ? Quelles décisions sur les diminutions d'impôts et la baisse des dépenses de l'Etat ? Que faire face à la crise des migrants ?

• François Fillon fait face à Manuel Valls. L'ancien Premier ministre et candidat à la primaire de la droite et du centre pour 2017 est entouré de plusieurs autres représentants de l'opposition.

La rédaction de "Des paroles et des actes" vous invite également à commenter l’émission sur sa page Facebook et sur Twitter avec le mot-dièse #DPDA.

data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #DPDA

23h16 : François Fillon rappelle qu'il était prêt à voter la loi Macron sous certaines conditions. "Cela n'a pas été possible", regrette-t-il. Il souhaitait notamment nuancer les ardeurs du gouvernement sur la libéralisation des professions réglementées, selon le site du Figaro.

23h15 : Selon un sondage réalisé au début du mois par ViaVoice pour Libération, 52% des Français souhaitent conserver les 35 heures, tandis que 40% sont contre. A gauche, les défenseurs de la mesure sont 72%, tandis qu'à droite ses opposants sont 67%.

23h14 : "Il y a trois bornes à la réforme du code du travail : le temps de travail, le CDI et le Smic"

Le Premier ministre semble s'engager à ne pas toucher aux 35 heures, ni au contrat à durée indéterminée, ni au salaire minimum, lors de la réforme de la réglementation du travail.

23h10 : Manuel Valls évoque de possibles frappes françaises en Syrie contre le groupe Etat islamique. Selon le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, les premières frappes auront lieu "dans les prochaines semaines".

23h08 : Pour rappel, c'est en novembre 2011 que l'ambassadeur français en Syrie a été rappelé en France, au même moment que la fermeture des agences consulaires d'Alep et de Lattaquié.

23h06 : "Je suis capable de reconnaître des erreurs", répond François Fillon, "mais il y a une urgence pour la paix dans le monde".

23h06 : "Je veux rappeler que c'est Nicolas Sarkozy président, vous Premier ministre et Alain Juppé ministre des Affaires étrangères, qui avez coupé les liens en rappelant l'ambassadeur de France en Syrie"

Interrogé par François Fillon sur le conflit syrien et la nécessité de négocier avec la Russie et le régime de Bachar Al-Assad, Manuel Valls rappelle à François Fillon que le conflit a commencé en 2011 sous la présidence de Nicolas Sarkozy.

23h00 : Manuel Valls a eu des difficultés à donner des détails sur la stratégie du PS lors des élections régionales, avant de finalement déclarer : "Tout sera fait pour empêcher le Front national de gagner."

(FRANCE 2)

22h52 : "Il ne manque que Martine Aubry"

François Fillon ouvre le débat avec une petite blague sur la présence de la quasi-totalité du gouvernement dans le public de l'émission.

22h50 : C'est l'heure du débat avec François Fillon, ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy, et candidat à la primaire de la droite.

22h50 : "Je n'ai jamais caché mon ambition. Un responsable politique est ambitieux. Mais ma nature c'est de ne jamais miser sur l'échec de mon propre camp"

Si François Hollande n'est pas candidat à la présidentielle en 2017, Manuel Valls se présentera-t-il ? Le Premier ministre botte en touche.

22h50 : Sur le plateau de DPDA avec @manuelvalls. Une parole claire et déterminée pour faire réussir la France.

22h49 : Depuis le public, Didier Guillaume, président du groupe socialiste au Sénat, salue la prestation du Premier ministre.

22h47 : "Tout sera fait pour empêcher le Front national de gagner" aux régionales de décembre.

22h44 : Lors de l'université d'été du PS, fin août, Manuel Valls s'était présenté en "rassembleur" de la gauche, face notamment aux frondeurs.




(FRANCE 3)

22h41 : "Moi je veux incarner une gauche sans complexe, une gauche qui réforme"

22h39 : Selon un sondage Elabe pour BFMTV, 64% des sympathisants socialistes estiment qu'Emmanuel Macron est un atout pour la gauche. Précisions par ici.

22h38 : "C'est une chance" d'avoir Emmanuel Macron, "je préfère avoir des gens compétents qui ont de fortes personnalités"

Réponse à Nathalie Saint-Cricq, qui demandait au Pemier ministre si Emmanuel Macron était "poisson-pilote ou boulet", au gouvernement.

22h41 : Manuel Valls est appelé à s'exprimer sur le cas d'Emmanuel Macron. Hier, lors de sa conférence de rentrée, la maire de Lille, Martine Aubry, a dit en avoir "ras le bol" du ministre de l'Economie. Voici la séquence.




(FRANCE 2)

22h35 : "J'ai une mission. Réformer le pays, jusqu'au bout, jusqu'au dernier jour du quinquennat, pour réussir à adapter la France aux grands enjeux. la question de mon style n'intéresse pas les Français"

22h34 : "Tant que le chômage n'a pas baissé, bien sûr qu'il y a du scepticisme"

22h30 : Manuel Valls président ? Le Premier ministre se verrait bien arriver à l'Elysée en 2022, si l'on en croit sa blague échangée avec un adolescent, samedi, lors des Journées du patrimoine.




(BFMTV / DAILYMOTION)

22h25 : C'est le moment de la séquence politique, avec Nathalie Saint-Cricq.

22h24 : "Cela me choque. C'est insupportable"

Manuel Valls se dit choqué par les 58 millions d'euros d'indemnités de départ du patron de Volkswagen, Martin Winterkorn, évincé après le scandale des contrôles antipollution.

22h22 : "Il y a 300 000 emplois non pourvus en France"

22h22 : Manuel Valls évoque actuellement son projet de loi pour réformer le droit du travail. Le texte, qui devrait être voté avant l'été prochain, permettra "d'élargir la place" des accords collectifs au sein des entreprises, mais ne remettra pas en cause la durée légale du travail fixée à 35 heures.

22h22 : "Nous devons assouplir notre économie, nous devons assouplir le code du travail, en donnant des droits aux salariés et en faisant bouger les entreprises"

22h21 : "Emmanuel tu n'as pas fait ça ?", a demandé Manuel Valls au ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, à propos d'un éventuel projet de réforme du statut des fonctionnaires.

(FRANCE 2)

22h20 : Comme le rappelle le site du Figaro, le salaire net médian s'établissait à 1 772 euros en 2013. Le salaire moyen était lui de 2 202 euros.

22h17 : "Madame, c'est très difficile de vivre avec 1 100 euros par mois, C'est très difficile quand on a une petite retraite de 600 euros. J'ai pas besoin de savoir si, moi, j'aurais des difficultés à vivre dans ces conditions, je sais que c'est difficile."

22h15 : "Comment feriez-vous, vous, pour vivre, avec 1 100 euros par mois ? Soit le SMIC à 35 heures", demande une retraitée de La Poste, militante CGT, à Manuel Valls.

22h11 : Après les propos d'Emmanuel Macron, François Hollande s'est dit "attaché" au statut de fonctionnaire. Manuel Valls en a fait de même, dimanche, appellant à écrire "un contrat social fidèle à ce que nous sommes, c'est-à-dire aussi attaché au statut des fonctionnaires".

22h10 : Dimanche, Manuel Valls a dit qu'il soutenait "jusqu'au bout" son ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, qualifié de "ministre talentueux qui œuvre pour notre économie et notre industrie". Un soutien bienvenu après les propos polémiques d'Emmanuel Macron sur le statut des fonctionnaires.

22h10 : "Les Français veulent moins de fonctionnaires mais plus d'enseignants"

22h09 : "Le statut de la fonction publique, il peut évoluer, mais fonctionnaire n'est pas un mot en l'air"

22h06 : "Les impôts ont pesé trop lourdement", reconnaît Manuel Valls face à François Lenglet.

(FRANCE 2)

22h06 : "Je vais faire pot de fleurs chez Manuel Valls " dixit un ministre parti faire la claque a #DPDA

22h06 : Quand votre chef vous retient au boulot tard le soir.

22h05 : Dur d'être ministre...Il faut cacher son ennui, faire semblant de s'intéresser, paraître décontracté, sourire légèrement.... La corvée

22h05 : Certains téléspectateurs, comme le chroniqueur Jean-Michel Apathie, s'inquiètent du sort des ministres sagement assis dans le public.

22h02 : Ce soir, avec @fhollande à l'@operadeparis pour assister à la magnifique création de @B_Millepied et au défilé 👏🏼

22h02 : Pendant que Manuel Valls défend la politique économique de son gouvernement, François Hollande est à l'Opéra de Paris, où il assiste au spectacle du chorégraphe Benjamin Millepied.

22h02 : Merci pour la baisse d'impôt !!45 € Je vais pouvoir relancer l'économie

22h00 : Lors de sa conférence de presse de rentrée, le 7 septembre, François Hollande a promis des baisses de l'impôt sur le revenu pour "huit millions de foyers", pour un montant total de "plus de deux milliards d'euros". Ainsi, en 2016, un million de foyers supplémentaires ne paieront plus cet impôt.

22h00 : "Il y a des Français qui voient concrètement les impôts baisser"

21h58 : Il est question de l'augmentation de la taxe foncière pour les terrains constructibles non bâtis. Explications dans ce reportage.




(FRANCE 2)

21h53 : Derrière la langue de bois de Valls, la politique du PS est très concrète : la préférence étrangère & les Français derniers servis. #DPDA

21h53 : Est-ce humain d'accueillir des milliers de migrants ou "réfugiés" sans être en capacité de les recevoir ? #immigration

21h53 : Qu'ont pensé les élus de l'opposition de la séquence sur les migrants ? Morceaux choisis avec la vice-présidente des Républicains et le secrétaire général du Front national.

21h53 : "Il manque le déclic de la confiance"

21h52 : Hier, le Conseil économique, social et environnemental s'est inquiété que "les effets attendus des mesures telles que le CICE ou le pacte de responsabilité tardent à se faire sentir". Précisions sur le site de 20 Minutes.

21h52 : "Le pacte de responsabilité et de solidarité est en train de produire ses résultats. Mais ça ne va pas assez vite"

21h49 : "Quand la nation engage 40 milliards d'euros sur trois ans de baisse du coût du travail, ce ne sont pas des mesurettes"

21h48 : C'est le moment de la séquence économie, avec le journaliste François Lenglet.

21h46 : @Nico de Sèvres @anonyme : Les communes qui accueilleront des migrants recevront une aide totale de 1 000 euros pour chaque place d'hébergement créée d'ici à 2017. A noter que l'Union européenne versera à la France une aide de 6 000 euros par réfugié accueilli, ce qui financera un tiers des dépenses supplémentaires annoncées par Paris.

21h46 : Avec quel argent ces 1000 euros ?

21h46 : 1 000€ par an, par mois ? Ou un migrant accueilli = 1000€ ? Je trouve ça faible.

21h42 : "Nous avons décidé de mettre les moyens pour qu'il n'y ait pas de concurrence" entre les demandeurs d'asile et les SDF.

21h40 : Je suis aussi de Loudun et le centre d'accueil des migrants ne pose aucun problème. Sauf que nous les accueillons à l'école (avec joie ) mais sans aucun moyen !

21h40 : Loudun : une pétition honteuse, égoïsme, manque d'humanité. J'ai honte pour vous, Monsieur le Loudunais.

21h40 :

21h39 : "Ben alors ?"

Interrogé par un militant des Républicains, opposé à l'accueil de demandeurs d'asile à Loudun (Vienne), Manuel Valls lui a coupé la parole d'un "ben alors ?" Une interruption qui n'a guère plu au jeune militant, qui demande au Premier ministre à être "respecté".

21h35 : @Sabine : Certaines communes manquent de logements sociaux, mais, dans d'autres, il y a de la place. Selon le Haut comité pour le logement des personnes défavorisées, la France dispose de plus de 77 000 logements sociaux vacants, "notamment dans les secteurs où la demande est faible".

21h35 : Comment les réfugiés peuvent-ils rester alors qu'il y a déjà pas assez de logements sociaux pour notre pays ?

21h32 : @anonyme : Des centaines de communes françaises se sont déclarées volontaires pour accueillir des réfugiés. Francetv info les a recensées sur cette carte. Pour chaque migrant accueilli d'ici à 2017, les communes recevront une aide de 1 000 euros de la part de l'Etat.

(FRANCETV INFO)

21h32 : Je suis d'accord, on doit accueillir des migrants mais où vivront-ils ?

21h34 : Manuel Valls est à présent interrogé par un opposant au centre d'accueil de demandeurs d'asile qui a récemment ouvert à Loudun (Vienne). France 3 a consacré un reportage à ce lieu.




(FRANCE 3)

21h31 : "Si on ne distingue pas le demandeur d'asile du migrant économique, c'est le droit d'asile qui meurt."

21h31 : Il est à présent question des "hotspots". De quoi s'agit-il ? La Commission européenne doit ouvrir, dans les prochains jours, en Grèce et en Italie, ces centres d'accueil pour migrants. Il s'agit de "s'assurer que ceux qui arrivent en Europe sont rapidement enregistrés et qu'on puisse faire une sélection rapide entre ceux qui restent et ceux qui ne peuvent rester", indique la Commission.

21h24 : "Est-ce que l'on peut faire passer un message qui consiste à dire [aux migrants] : 'venez tous en Europe ?' Ce n'est pas possible", tranche Manuel Valls.

(FRANCE 2)

21h24 : @Anonyme : Hier, le chef de l'Etat, François Hollande, a annoncé le déblocage par la France de "100 millions d'euros supplémentaires, sur deux ans", pour venir en aide aux personnes vivant dans les camps de réfugiés dans le monde. En France, l'effort supplémentaire annoncé d'ici à la fin 2016 se chiffre à 279 millions d'euros.

21h24 : Quel est le coût financier pour la France de toute cette procédure d'aide ?

21h20 : @Bruno : Je vous invite à lire l'article que nous avons consacré à ce sujet : Pourquoi les monarchies du Golfe refusent d'accueillir des réfugiés.

21h20 : Pourquoi le Koweït, l'Arabie saoudite, pays riches, n'acceptent pas les migrants ?

21h17 : Selon Jean-Christophe Dumont, le chef de la division des migrations internationales à l'OCDE, "la migration n'a pas d'impact négatif sur le marché du travail, elle ne renforce pas les déficits budgétaires, les immigrés contribuent plus qu'ils ne reçoivent en bénéfices individuels". Les détails par ici.

21h16 : Comment peut-on accueillir autant de personnes alors qu'on n'est pas capable de loger des familles au chomage ? D'où vient l'argent que vous leur donner ?

21h16 : Avant de s'occuper des migrants.. Pourrait-ont s'occuper de nos SDF français ?

21h16 : "L'immigration a toujours été une chance pour notre pays"


21h15 : Comme le rappelle une chercheuse interrogée par francetv info, "la notion de réfugié est définie par la convention de Genève de 1951. Elle s'applique à toute personne persécutée ou qui craint de l'être dans son pays en raison de ses origines, de ses opinions politiques, ou encore de sa religion".

21h14 : "Pour que le droit d'asile fonctionne, il faut que ceux qui sont déboutés soient reconduits à la frontière"

21h13 : "Nous n'avons pas fait ce choix. Nous avons choisi la maîtrise et la responsabilité"

21h12 : "La France a accueilli, depuis 3 ans, en moyenne, 66 000 demandes d'asile. L'Allemagne, 400 000 en 2014. Ce sont là les ordres de grandeur. Il rentre 1 000 réfugiés par jour en Suède"

21h09 : Manuel Valls n'est pas seul sur le plateau. Le gouvernement est presque au complet, dans le public.

(FRANCE 2)

21h09 : Lors de sa conférence de presse de rentrée, le 7 septembre, François Hollande a promis que la France accueillerait 24 000 personnes lors des deux prochaines années, dans le cadre de la répartition de 120 000 réfugiés entre les pays européens. On atteint le chiffre de 30 000 en ajoutant les 6 700 arrivées déjà actées en mai.

21h07 : "La France s'engage à accueillir 30 000 demandeurs d'asile".

21h07 : Selon l'OCDE, l'Union européenne peut s'attendre à un record d'un million de demandes d'asile pour 2015. L'organisation chiffre à un peu moins de la moitié, "350 000 à 450 000", le nombre de personnes qui pourront bénéficier de ce statut.

21h06 : "Il y a 500 000 personnes qui viennent en Europe chercher une protection. L'honneur de l'Europe, c'est d'accueillir ces réfugiés"

Premier thème : la crise migratoire et la répartition des réfugiés entre les pays membres de l'Union européenne.

21h04 : @Olivier : Il s'agit d'un pin's de chevalier de l'Ordre national du mérite.

21h04 : Que porte Manuel Valls sur son costume au dessus de son micro ?

21h02 : Ces chiffres ne sont pas satisfaisants. Mais derrière ces chiffres, il y a des hommes et des femmes, et c'est à eux que je pense ce soir

21h01 : "Derrière les chiffres, il y a des hommes et des femmes"

Le Premier ministre emploie exactement la même formule que la ministre du Travail, en commentant les mauvais chiffres du chômage.

21h01 : Le nombre de demandeurs d'emploi de catégorie A, sans aucune activité, a augmenté de 0,6% au mois d'août, pour atteindre un nouveau record (3 571 600 chômeurs). La hausse se chiffre à 4,6% sur un an.


21h00 : "Ce sont des mauvais chiffres (...) C'est pour ça que nous réformons."

Après la publication des chiffres du chômage, en hausse, Manuel Valls rappelle les mesures prises pour l'emploi, depuis le début du quinquennat de François Hollande.

20h59 : C'est parti. Suivez "Des paroles et des actes" et commentez l'émission, en direct, ici-même.


(FRANCE 2)