"13h15". Eric Dupond-Moretti : l'histoire d'un ténor du barreau autant critiqué qu'admiré

a revoir

Présenté parMarie-Sophie Lacarrau

Diffusé le 07/08/2016Durée : 00h34

Voir la vidéo
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

"Acquittator" ! Voilà le surnom attribué par la presse à Maître Eric Dupond-Moretti, 56 ans, fils d'un ouvrier métallurgiste et d'une femme de ménage, aujourd'hui l'un des ténors du barreau. Ce surnom, l'avocat pénaliste à la voix de stentor et à la stature imposante le doit à ses dizaines d'acquitements obtenus aux assises – près de 150 depuis le début de sa carrière.

En trente ans, cette star des prétoires et des médias s'est imposée comme une des figures de la chronique judiciaire. Son verbe est fort, subtil et sans détour. Ses manières sont abruptes. Son art de taper là où l'accusation aura mal le désigne comme la bête en robe noire crainte par tous les avocats généraux...

Une vocation née d'une histoire familiale

En décembre 2015, le magazine "13h15 le dimanche" diffusé sur France 2 dressait le portrait de cet orphelin de père à 4 ans, que tous les présumés innocents voudraient pour défenseur, tant ses plaidoiries passent la barre. Eric Dupond-Moretti, reçu en fin de classement au barreau de Lille, mais lauréat ex æquo du concours d'éloquence du stage, est adoré ou détesté, selon que l'on soit accusé-e ou partie civile, mais ne laisse jamais indifférent. Alors qu'il a de nouveau fait parler de lui en défendant du 2 octobre au 2 novembre 2017 Abdelkader Merah, le frère du tueur au scooter, reconnu coupable d'association de malfaiteurs terroriste mais acquitté de la complicité d'assassinnats, franceinfo vous propose de voir ou de revoir ce portrait.  

Maxime Bénéteau, Fabien Lasserre et Mathieu Rénier reviennent sur la carrière tous azimuts de ce défenseur des droits de l'homme, dont le grand-père a été assassiné sans que la justice enquête. Celle d’un homme sensible, dont la vocation s'est confirmée à 15 ans avec l'affaire Christian Ranucci, guillotiné en 1976. Atypique, maître Dupond-Moretti se livre ici sans défense…

data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==