L'auto-entreprenariat, un dispositif victime de dérives

Au lieu d'embaucher, certaines entreprises préfèrent désormais traiter avec des auto-entrepreneurs. France 3 fait le point sur ces abus.

Voir la vidéo

Mis à jour le , publié le

Ces dernières années plutôt que d'attendre un emploi qui ne venait pas, de nombreux chômeurs ont créé le leur en devenant auto-entrepreneur. Le problème, le dispositif est désormais victimes d'abus. Le patron de Remi (qui témoigne au micro de France 3 à visage couvert ndlr) lui impose de devenir auto-entrepreneur pour ne plus payer de charges. À 50 ans, c'est lui qui les paiera désormais.

"Ce n'est pas intéressant, parce que c'est moi qui paye mes charges passé la fameuse barrière de 24 000 euros, elles sont assez élevées. Je n'ai pas droit de récupérer mes frais et je paierai mes impôts sur l'argent brut. Pour moi ce ne sont que des défauts. Par contre pour mon employeur, c'est avantageux, car je ne suis plus une charge pour lui", estime le salarié.

Une tendance en augmentation

Le cas de Rémi est loin d'être un cas isolé. De plus en plus de salariés, surtout les plus âgés, sont poussés à devenir auto-entrepreneur. Une situation qui est dénoncée par les syndicats. En France, il y a un peu moins d'un million d'auto-entrepreneur.

Le JT
Les autres sujets du JT
Selon l'Insee, la moitié des auto-entrepreneurs ne dégagent pas de chiffre d'affaire.
Selon l'Insee, la moitié des auto-entrepreneurs ne dégagent pas de chiffre d'affaire. (JUSTIN GUARIGLIA / NATIONAL GEOGRAPHIC)