Forêt : un trésor en danger

Les arbres de nos forêts françaises sont si décrépis qu'ils ne jouent plus leur rôle écologique. Pour renouveler notre forêt, il suffirait de la remplacer par des arbres plus jeunes. Mais si on ne le fait pas, c'est parce que nos arbres sont chers, et peu à la mode. 

Voir la vidéo
FRANCE 2
avatar
France 2France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Des arbres anciens insuffisamment renouvelés et mal exploités. La forêt française a doublé sa surface en un siècle et demi, et pourtant nous importons de plus ne plus de bois de Suède ou d'Allemagne. Concrètement, les trois quarts de la forêt française sont composés de feuillus, qui ne représentent qu'un quart de la récolte. À l'inverse, les résineux, nettement moins présents, sont occupés aux trois quarts.

40 euros le mètre cube pour du sapin contre 160 euros pour du chêne

"Cette forêt feuillue produit du chêne et il n'est plus demandé actuellement, beaucoup moins qu'autrefois. Donc le hêtre et le chêne ne se vendent pas. En revanche, on nous réclame du résineux, et nous n'avons pas de baguette magique pour transformer ces feuillus en résineux", explique Jean-Marie Ballu, ingénieur général honoraire des Ponts, des eaux et des forêts. Plus léger, de croissance trois fois plus rapide, les résineux sont surtout beaucoup moins chers : 40 euros le mètre cube pour du sapin, 160 euros le mètre cube pour du chêne. Il faudrait donc relancer ce marché, car aujourd'hui, le chêne n'est que peu utilisé.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un chêne-liège à Collobrières (Var), pris en photo le 5 octobre 2004 lors de la levée du liège.
Un chêne-liège à Collobrières (Var), pris en photo le 5 octobre 2004 lors de la levée du liège. (MAXPPP)