Comme son père Jean-Marie Le Pen lorsqu'il était président du Front national, Marine Le Pen est partie en guerre contre l'étiquette "extrême droite" attachée à son parti. Elle menace de poursuivre en justice ceux qui emploient ce terme pour désigner le FN. Pour Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout La République, le Front national "reste d'extrême droite puisque son président [d'honneur] reste toujours Jean-Marie Le Pen". Cependant, a jugé l'ancien candidat à l'Elysée, vendredi 4 octobre sur i-Télé, "Marine Le Pen n'a pas aujourd'hui des propos d'extrême droite"

Le souverainiste a expliqué qu'un rapprochement entre son parti et le FN n'était pas impossible, mais qu'il pourra avoir lieu quand le Front national "ne sera plus d'extrême droite""Ma ligne est très simple", a expliqué le député-maire de Yerres (Essonne). "Je suis patriote et gaulliste. Et les gaullistes ne peuvent pas s'allier à un parti dont Jean-Marie Le Pen est toujours président d'honneur. Ce n'est pas possible." Mais, a-t-il nuancé, "il n'y a jamais de non ferme et définitif". "Ce n'est pas à moi de changer. Je suis patriote et républicain. C'est au Front national de changer. Marine Le Pen doit choisir."

Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout La République, arrive à l'Elysée (Paris), le 6 mai 2013.
Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout La République, arrive à l'Elysée (Paris), le 6 mai 2013. (FRED DUFOUR / AFP)