VIDEO. "Pour le bien de la France, taisez-vous", lance une enseignante à Alain Finkielkraut

Une jeune professeure d'anglais était invitée à questionner le philosophe sur le plateau de "Des Paroles et des Actes". 

Voir la vidéo
FRANCE 2

Mis à jour le , publié le

Les discussions se sont animées jeudi 21 janvier sur le plateau de l'émission de France 2, "Des Paroles et des Actes". Alors que le philosophe Alain Finkielkraut était invité à débattre avec l'ancien eurodéputé écologiste Daniel Cohn-Bendit, l'échange le plus vif est venu du public.

Professeure d'anglais, Wiam Berhouma était invitée à s'entretenir, comme d'autres intervenants de la société civile, avec le philosophe. La jeune femme interroge alors Alain Finkielkraut sur le rôle des politiques, des "pseudo-intellectuels" et des médias dans la montée de l'islamophobie en France.

"Taisez-vous, taisez-vous"

Estimant que l'invité n'avait pas répondu à sa question, elle n'a pas hésité à citer Alain Finkielkraut lui-même, faisant référence à une vidéo dans laquelle le philosophe s'énerve sur un plateau de télévision.

"Il y a une vidéo de vous [sur internet] où vous criez à monsieur [Abdel Raouf] Dafri [scénariste français] : 'taisez-vous, taisez-vous'. Eh bien, je vais vous dire, pour le bien de la France, je vous dis la même chose, taisez-vous monsieur Finkielkraut."

"C'était dans des conditions tout à fait particulières", a répondu le philosophe, avant de revenir sur cet incident survenu sur le plateau de l'émission "Ce soir ou jamais" de Frédéric Taddeï où le philosophe avait perdu son sang-froid : "Je suis accusé d'être barréssien [partisan de Maurice Barrès, figure de proue du nationalisme français], c'est un contre-sens terrible, j'essaie de répondre et je suis interrompu une fois, deux fois, trois fois pour pouvoir finir ma phrase, je dis 'taisez-vous'."

Le philosophe Alain Finkielkraut sur le plateau de "Des Paroles et des Actes", jeudi 21 janvier 2016. 
Le philosophe Alain Finkielkraut sur le plateau de "Des Paroles et des Actes", jeudi 21 janvier 2016.  (FRANCE 2)