La baisse prévue des effectifs de fonctionnaires hors secteurs prioritaires ne constitue "pas une saignée". Le ministre du Travail, Michel Sapin, l'a affirmé vendredi 29 juin sur i-Télé. Il relève même que le nombre d'agents publics doit rester stable alors qu'il diminuait "fortement" jusqu'à présent. 

Pour Michel Sapin, "ce n'est pas un tournant car c'est très exactement ce qui a été dit pendant la campagne". Et le ministre de rappeler les paroles de François Hollande : "Nous n'avons pas les moyens d'augmenter le nombre de fonctionnaires en France." 

Le gouvernement veut concilier deux objectifs au cours du quinquennat : stabiliser les effectifs globaux de l'Etat tout en créant 65 000 postes dans l'éducation, la justice, la police et la gendarmerie. Matignon a annoncé jeudi que, pour résoudre cette délicate équation, les effectifs publics devraient baisser de 2,5% par an entre 2013 et 2015, en dehors de ces secteurs prioritaires.

Le ministre du Travail, Michel Sapin, le 5 juin 2012 à Matignon (Paris).
Le ministre du Travail, Michel Sapin, le 5 juin 2012 à Matignon (Paris). (BERTRAND GUAY / AFP)