Haro sur la réforme des retraites. Invités, mardi 13 août, de plusieurs émissions de radio, des responsables UMP ont profité de ce sujet pour attaquer la majorité sur le dossier de la fiscalité. Le député Eric Ciotti, proche de François Fillon, a ainsi ironisé au micro de RTL sur une "addiction des socialistes à l'impôt".

Il a assuré que la réforme à venir, "que l'on annonçait courageuse, va se réduire à une augmentation de la CSG". "Les Français auront la double peine : l'augmentation de la TVA au 1er janvier et l'augmentation de la CSG", a-t-il continué.

"Les Français moyens sont étouffés d'impôts"

Invité d'Europe 1, Christian Estrosi a de son côté affirmé que l'UMP aurait mieux abordé le dossier des retraites si elle était restée aux affaires. "Si le cap que nous avions fixé [avait été maintenu], (…) on n'aurait pas besoin d'augmenter les retraites, et en même temps, nous n'aurions pas augmenté la fiscalité", a-t-il expliqué. 

Récemment élu député, l'UMP Frédéric Lefebvre a choisi Twitter pour réagir aux pistes de financement étudiées par le gouvernement pour cette réforme des retraites. Il a lui aussi critiqué l'hypothèse d'une hausse de la CSG.

Christian Estrosi (à gauche) et Eric Ciotti (à droite), le 26 septembre 2012, à Paris.
Christian Estrosi (à gauche) et Eric Ciotti (à droite), le 26 septembre 2012, à Paris. (BERTRAND GUAY / AFP)