Claude Bartolone soutient Christiane Taubira. Le président PS de l'Assemblée nationale a défendu, mercredi 30 janvier sur RTL, la circulaire qui facilite l'accès à la nationalité française pour des enfants nés à l'étranger de mère porteuse. Ces enfants sont actuellement des "fantômes de la République", a plaidé le socialiste. Il a cependant rappelé sa ferme opposition à la gestation pour autrui (GPA).

Surtout, Claude Bartolone a récusé toute "hypocrisie" du gouvernement dans la publication de cette circulaire, dévoilée mardi alors que débutait le débat parlementaire sur le mariage pour tous"Je ne crois pas du tout à un plan de communication, bon ou mauvais, sur une question comme celle-là. Nous avons un problème humain et social à régler, la circulaire tombe au moment où elle tombe", a estimé le président de l'Assemblée.

Interrogé sur une légitimation de fait de la GPA, Claude Bartolone a rappelé qu'il y était opposé : "tout à fait et d'une manière absolue", "comme la majorité et l'ensemble de l'hémicycle quasiment" au nom du refus de la "marchandisation des corps".

Le président PS de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone, le 11 décembre 2012 au "perchoir".
Le président PS de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone, le 11 décembre 2012 au "perchoir". (PATRICK KOVARIK / AFP)