A l'Assemblée, un député UMP rappelé à l'ordre pour avoir nommé la présidente de séance "Madame le président"

L'élu du Vaucluse Julien Aubert s'est adressé, lundi soir, à la présidente de séance, sans tenir compte du règlement de l'Hémicycle, qui prévoit un accord au féminin.

Julien Aubert participe aux questions d\'actualité au gouvernement, le 1er octobre 2013, à l\'Assemblée nationale, à Paris.
Julien Aubert participe aux questions d'actualité au gouvernement, le 1er octobre 2013, à l'Assemblée nationale, à Paris. ( MAXPPP)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Il est têtu. Le député UMP Julien Aubert s'est fait rappeler à l'ordre, lundi 6 octobre, à l'Assemblée nationale. La raison : il s'est s'obstiné à appeler la présidente de séance "Madame LE président", lors des débats sur le projet de loi concernant la transition énergétique. Ce rappel à l'ordre avec inscription au procès-verbal est passible d'une privation, pendant un mois, du quart de l'indemnité parlementaire pour le député du Vaucluse, selon le règlement de l'Assemblée.

Voir la vidéo

Alors que la présidence de séance, la socialiste Sandrine Mazetier, lui demandait de respecter la présidence et le règlement de l'Assemblée en l'appelant "Madame LA présidente", Julien Aubert répondait qu'il ne faisait que suivre "l'Académie française" en disant "Madame le président". Après ce rappel à l'ordre, le député a cessé de dire "Madame le président" mais a continué en revanche à dire "Madame le ministre" lorsqu'il s'est adressé à Ségolène Royal.

"Monsieur la députée"

En janvier déjà, Julien Aubert avait appelé Sandrine Mazetier "Madame le président", ce qui lui avait valu d'être repris par la présidente de séance, selon Le Lab. Il avait, dans la foulée, appelé Cécile Duflot "Madame le ministre", à cinq reprises. Son intervention avait été conclue par Sandrine Mazetier : "Monsieur la députée, vous étiez la dernière oratrice inscrite. La discussion générale est donc close." Julien Aubert avait quitté l'Hémicycle aussitôt après.