Dépense publique, ISF, voile intégral... Alain Juppé a-t-il dit vrai ?

Décryptage de quelques séquences de "Des paroles et des actes", avec Alain Juppé comme invité sur France 2.

Alain Juppé sur le plateau de "Des paroles et des actes", jeudi 2 octobre 2014.
Alain Juppé sur le plateau de "Des paroles et des actes", jeudi 2 octobre 2014. ( FRANCETV INFO )
logo
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Invité de l'émission Des paroles et des actes, jeudi 2 octobre sur France 2, Alain Juppé, candidat déclaré à la primaire de l'UMP pour la présidentielle, a développé ses idées en vue de 2017. Mariage pour tous, budget, immigration, interventions militaires à l'étranger, il a évoqué de nombreux sujets en plateau. Francetv info a passé au crible ses déclarations : globalement, les chiffres et les informations cités par Alain Juppé étaient plutôt conformes à la réalité, même si quelques erreurs ou contradictions se sont glissées dans ses propos. Trois points ont retenu l'attention de francetvinfo : les dépenses publiques, l'impôt sur la fortune et la loi interdisant le voile intégral dans les lieux publics. Analyse.

Sur les dépenses publiques : vrai

Sur France 2, Alain Juppé s'est félicité d'avoir un bon bilan en matière de comptes publics. Il a ainsi cité un rapport de l'Institut Montaigne, qui estime que sous son gouvernement, la réduction du déficit structurel a été la meilleure des 30 dernières années. Dans ce rapport, page 13, il est effectivement indiqué qu'entre 1995 et 1997 [avant la dissolution], le gouvernement a amélioré de 1,8 point l'effort structurel, un indicateur permettant de mesurer "l’impact des décisions politiques sur les finances publiques indépendamment de la conjoncture". L'objectif d'Alain Juppé, s'il est élu président de la République, est d'économiser 100 milliards d'euros de dépense publique sur 5 ans.

Sur l'impôt sur la fortune : vrai, mais...

"La France est le seul pays à avoir encore un impôt sur la fortune", déplore Alain Juppé. C'est vrai. Le blog des Décodeurs explique que "l'impôt sur la fortune n'existe plus dans l'Union européenne (...) Il a été supprimé dans une dizaine de pays et d'autres formes d'impôts l'ont remplacé. Les Pays-Bas ont toutefois conservé un système qui s'en rapproche", détaillé dans l'article.

Problème, Alain Juppé n'a pas toujours bataillé contre l'ISF, comme l'a remarqué François Lenglet. Le journal Libération racontait en 1996 : "A la demande de Juppé, l'ISF ne sera finalement pas plafonné". Et le blog Contes publics de détailler : "Le gouvernement d'Alain Juppé avait instauré le fameux plafonnement du plafonnement dans la loi de finances de 1996 pour éviter – ce qui était le cas – qu'une partie des contribuables les plus fortunés ne réussissent encore à échapper à l'ISF."  Autrement dit, loin de plaider pour sa suppression comme une partie de son camp, Alain Juppé a préféré, dans les années 1990, renforcer le principe à la base de l'ISF.

Sur l'interdiction du voile intégral : plutôt faux

Alain Juppé a nié avoir été contre l'interdiction de la burqa en 2010. Voici ce qu'il déclarait dans une interview au Monde. "Soyons clairs ! Cette pratique, qui n'est pas une prescription religieuse mais une habitude importée de certaines zones géographiques, est contraire aux valeurs de la République. Mais une loi générale risque de donner le sentiment d'une stigmatisation de l'islam." Face aux Vérificateurs de francetvinfo, il se retranche derrière un argument: dans son interview, Alain Juppé demande de suivre la décision du Conseil d'Etat. "C'est ce qu'on a fait."

Voir la vidéo
FRANCE 2

Or, cet avis est tombé et le Conseil d'Etat s'est prononcé contre. S'il avait été cohérent, Alain Juppé se serait donc prononcé, de la même manière, contre l'interdiction du voile intégral dans les lieux publics.