Sarkozy : les lycéens "ne sont pas les mieux placés" pour juger la loi Travail

Alors qu'à l'appel de plusieurs syndicats et organisations de jeunesse, lycéens et étudiants sont mobilisés ce mercredi contre la loi Travail, Nicolas Sarkozy a estimé que les lycéens n'étaient pas légitimes pour commenter la loi El Khomri.

(Nicolas Sarkozy a consideré que les organisations de jeunesse avaient été instrumentalisés © MaxPPP)
Radio France

Mis à jour le
publié le

En marge de la mobilisation des lycéens et étudiants, à l'appel de plusieurs syndicats et organisations de jeunesse, pour demander le retrait du projet de loi sur la réforme du Code de Travail, Nicolas Sarkozy a estimé que les lycéens n'étaient pas légitimes pour commenter la loi El Khomri. Dans une déclaration diffusée sur France Info l'ancien chef de l'Etat a déclaré que "ça fait un peu de peine, quand on parle de la modernisation du code de travail, on va agiter des lycéens qui ne sont pas forcément les mieux placés pour savoir ce qu'il convient de faire en matière d'emplois, de gestion d'entreprises ou d'évolution du code du travail ".

Nicolas Sarkozy a considéré que les organisations de jeunesse avaient été instrumentalisées : "Dire cela c'est respecter les lycéens, qui, dans mon esprit, sont mieux qu'une marge de manœuvre utilisée par des conservateurs qui plongent le pays dans une crise dont il ne se redressera pas ."

L'ancien président de la République a ajouté que "c'était la vérité à l'époque d'Edouard Balladur [lors des mobilisations de jeunes contre le "smic-jeunes" en 1994" - NDLR], de Dominique de Villepin [lors des manifestations contre le CPE en 2006 - NDLR]. Quand j'ai connu les affrontements au moment de l'autonomie des Universités [en 2007, Nicolas Sarkozy était alors président - NDLR] j'avais dit aux étudiants vous pouvez manifester mais je ne céderai pas parce que l'autonomie des universités c'est la garantie de votre avenir."