Sarkozy en meeting dans le Nord : "Le peuple veut l'autorité contre la chienlit"

Ses équipes présentaient le rendez-vous comme "fondateur" dans sa campagne officieuse. Nicolas Sarkozy était en meeting hier soir à Saint-André-lez-Lille dans le Nord. L’occasion pour le candidat non encore déclaré à la primaire de reprendre ses thèmes favoris, dont l’identité nationale, pour mieux se démarquer de son principal concurrent Alain Juppé.

(Nicolas Sarkozy en meeting mercredi soir à Saint-André-lez-Lille dans le Nord © maxPPP)
Radio France

Mis à jour le
publié le

 Nicolas Sarkozy affiche ses soutiens. Une quarantaine de parlementaires sont du déplacement dont le député du Nord Marc-Philippe Daubresse : "Nous attendons un discours fondateur de celui pour qui nous serions prêts à décrocher la lune, Nicolas Sarkozy !"

 

Identité nationale, racines chrétiennes de la France, immigration, communautarisme… Nicolas Sarkozy reprend ses thèmes de 2007 et 2012 en insistant sur la perte d’autorité de l’Etat. Même constat, même origine pour l’ancien président de la République, mai 68 : "Quand des jeunes gens écrivaient sur les murs de Paris 'il est interdit d'interdire' a commencé à germer le désastre…"

 

La nouveauté, c’est le lien avec la situation actuelle. Nicolas Sarkozy dénonce la tyrannie des minorités qui bloquent le pays, minorités intellectuelles mais aussi syndicales : "Le peuple veut que nous rétablissions l'ordre public en arrêtant les casseurs, le peuple veut l'identité contre le communautarisme, le peuple veut l'autorité contre la chienlit, le peuple ne veut plus de la CGT qui voudrait imposer sa loi contre la majorité et bien c'est ce que nous allons faire…"

"Le peuple ne veut plus de la CGT qui voudrait imposer sa loi contre la majorité et bien c'est ce que nous allons faire…" (Nicolas Sarkozy)

00:00-00:00

audio
vidéo

Le peuple contre les élites, la majorité contre les minorités,  un refrain déjà entendu. Et une stratégie assumée par Nicolas Sarkozy : parler aux électeurs du FN pour élargir sa base électorale quand Alain Juppé  regarde lui vers le centre.