CHAOS A L'UMP – Nicolas Sarkozy appelé à la rescousse. L'ancien président s'est entretenu avec les deux candidats à la présidence de l'UMP, une semaine après le scrutin très contesté pour désigner le président du parti. L'ancien président de la République a eu une conversation téléphonique avec Jean-François Copé, qui refuse de céder du terrain, et a déjeuné avec François Fillon, lundi 26 novembre. 

L'ancien chef de l'Etat ne devrait pas faire de déclaration publique, selon son entourage. Mais il apparaît toutefois comme un possible recours dans la crise qui frappe l'UMP, embourbée dans la bataille que se livrent les deux adversaires. Francetv info revient sur la façon dont le nom de Sarkozy s'est invité dans ce débat. 

Appelé à l'aide par Alain Juppé 

Après l'échec de sa médiation dimanche, Alain Juppé, le maire de Bordeaux, s'en est remis à l'ancien président de la République : "C'est à lui de jouer." "Il apparaît clairement qu'il est le seul aujourd'hui à avoir l'autorité suffisante pour proposer éventuellement une sortie que je n'aperçois pas pour ce qui me concerne", a-t-il indiqué sur RTL.  

(Francetv info)
   

Tandis que le pro-Fillon Claude Guéant, interrogé plus tôt par Europe 1, n'avait pas exclu que Nicolas Sarkozy fasse un communiqué pour appeler à la fin des hostilités, l'entourage de l'ancien chef d'Etat a indiqué que ce dernier ne ferait pas d'intervention publique. "Il est très préoccupé par la situation de l'UMP, il suit cette situation au plus près dans une volonté d'apaisement. Il écoute, il entend, il est disponible pour ceux qui veulent le voir et lui parler", a indiqué à Reuters une source de son entourage.

Hors de question pour lui d'adopter un rôle de médiateur. "Ce n'est pas le prolongement de la mission d'Alain Juppé. Il n'est pas prévu qu'il intervienne publiquement", a indiqué cette source. "Si Nicolas Sarkozy a un rôle aujourd'hui, ce sera celui de conciliateur. Il aura à cœur d'aider à régler le conflit", a dit de son côté à Reuters le député Patrick Balkany, ami de l'ancien chef de l'Etat.

Un déjeuner très secret avec François Fillon 

Fillon et Sarkozy se sont rencontrés à la mi-journée pendant une heure à une heure et demie, afin de déjeuner dans les bureaux parisiens de l'ancien chef de l'Etat, situés dans le 8e arrondissement de Paris, a indiqué l'entourage de l'ancien Premier ministre. Le rendez-vous a été pris il y a plusieurs jours, avant l'échec de la médiation d'Alain Juppé. François Fillon en est reparti un peu après 14 heures. 

"L'ambiance pendant le déjeuner était détendue, décontractée, empreinte de confiance reciproque", a assuré à l'AFP une source proche de l'ancien Premier ministre. Les deux hommes "ont ensemble évoqué toutes les solutions possibles pour sortir l'UMP de l'ornière. Nicolas Sarkozy cherche sincèrement à donner les meilleurs conseils possibles pour surmonter l'épreuve", a ajouté cette source. Mais Sarkozy n'a "n'a ni découragé ni encouragé François Fillon dans ses différentes démarches", a-t-elle assuré, faisant référence au tournant judiciaire de l'affaire. Le camp Fillon prépare en effet une procédure au civil pour demander l'annulation de l'élection interne pour la présidence de l'UMP.

Jean-François Copé revendique des contacts "très fréquents"

Quant à Copé, il affirme avoir des "contacts très fréquents" avec l'ex-chef de l'Etat, par téléphone, tout en se targuant de "ne jamais en faire état". Selon lui, Nicolas Sarkozy "a dit qu'il n'a pas du tout envie d'être au milieu de la mêlée" et ne doit pas être "instrumentalisé".

(Francetv info avec AFP)

Dès mardi, le maire de Meaux avait indiqué s'être entretenu avec Nicolas Sarkozy par téléphone. D'après Le Figaro, son prédécesseur à la tête de l'UMP l'a félicité pour son élection. L'entourage de l'ex-chef de l'Etat, qui a rapporté ce coup de téléphone, a toutefois ajouté que Nicolas Sarkozy avait également parlé à François Fillon dans la soirée de lundi.