Le CSA "instruit un dossier" après le passage de Roland Dumas sur BFMTV

"Probablement, je peux le penser", a répondu l'ancien ministre sur BFMTV, alors que Jean-Jacques Bourdin lui demandait s'il pensait que Manuel Valls était sous "influence juive".

L'ancien ministre des Affaires étrangères Roland Dumas à Berlin (Allemagne), le 7 novembre 2014.
L'ancien ministre des Affaires étrangères Roland Dumas à Berlin (Allemagne), le 7 novembre 2014. (ODD ANDERSEN / AFP)

Mis à jour le , publié le

"Vous savez, Manuel Valls est marié à quelqu'un qui a de l'influence sur lui", lance Roland Dumas à Jean-Jacques Bourdin, lundi 16 février, sur BFMTV. Un peu plus tard, le présentateur saisit la balle au bond : "Il est sous influence juive ?" "Probablement, je peux le penser", lui répond l'ancien ministre socialiste. A gauche comme à droite, la sortie suscite un tollé.

Des plaintes adressées au CSA

Mais la polémique vise également la question posée par le journaliste vedette de BFMTV. Très vite, le conseiller national UMP David-Xavier Weiss écrit au Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA), car il reproche à Jean-Jacques Bourdin d'avoir incité Roland Dumas à tenir des propos antisémites. Interpellé sur Twitter, le CSA annonce l'instruction d'un dossier.


"On a reçu des plaintes et nous instruisons un dossier"
, confirme le CSA à francetv info. Mais l'organisme refuse d'en dire davantage, par respect de "l'instruction en cours". Impossible, donc, de savoir si cette enquête concerne bien la question adressée par Jean-Jacques Bourdin. En attendant, de nombreuses voix dénoncent l'attitude du journaliste et lui reprochent d'avoir poussé Roland Dumas à la faute.

"Déontologiquement, la question de Bourdin est inacceptable, estime Maurice Ulrich, éditorialiste à L'Humanité cité par TF1. C'est une question de pousse-au-crime." Bruno Roger-Petit, autre éditorialiste, s'en prend directement au présentateur, dans Challenges : "La mise en cause de la responsabilité du journaliste s’impose."

Jean-Jacques Bourdin défend la "recherche de la vérité"

Contacté par francetv info, Jean-Jacques Bourdin n'était pas disponible. Dans l'après-midi, il a toutefois laissé un message sur Twitter, faisant valoir "la recherche de la vérité" contre "la langue de bois".