Des paroles et des actes, France 2

DPDA : la prestation d'Emmanuel Macron en cinq vidéos

Le ministre de l'Economie était l'invité de l'émission "Des paroles et des actes", jeudi, sur France 2.

Le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, le 12 mars 2013 sur le plateau de "Des paroles et des actes" sur France 2.
Le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, le 12 mars 2013 sur le plateau de "Des paroles et des actes" sur France 2. (FRANCE 2)

Mis à jour le , publié le

C'était l'heure du grand oral pour Emmanuel Macron. Le ministre de l'Economie était l'invité, jeudi 12 mars, de l'émission "Des paroles et des actes", présentée par David Pujadas. Loi Macron, réforme des retraites, montée du Front national... Les sujets de discussion n'ont pas manqué. Francetv info vous fait revivre les moments forts de cette soirée politique en cinq vidéos.

Sur son passé : "J'ai choisi de gagner dix fois moins pour servir mon pays"

Emmanuel Macron est-il un homme de gauche dans un costume d'homme de droite ? La question a agité une bonne partie de la séquence du "révélateur", présentée par Nathalie Saint-Cricq. En cause, notamment, ses quatre années passées en tant que banquier d'affaires chez Rothschild. Le ministre n'a pas renié cette partie de sa carrière, mais a préféré insister sur son choix de quitter cet emploi pour rejoindre l'exécutif.

Voir la vidéo
DPDA - FRANCE 2

Sur son avenir : "Je serai sans doute amené à être élu"

Enarque, conseiller de François Hollande, puis titulaire d'un portefeuille régalien à seulement 36 ans : la carrière politique d'Emmanuel Macron a connu une ascension fulgurante. Mais le ministre de l'Economie ne s'est encore jamais présenté devant les suffrages des Français. Va-t-il franchir le pas, par exemple lors des élections législatives de 2017 ? Il l'envisage, mais dit préférer se concentrer sur sa mission pour l'instant.

Voir la vidéo
DPDA - FRANCE 2

Sur les 35 heures : "Une réforme, non, des accords, oui"

Le ministre de l'Economie, qui souhaite "libérer les énergies" avec sa loi Macron, envisage-t-il d'aller plus loin et d'engager une réforme des 35 heures ? "Elle ne se fera pas, parce qu'elle n'a pas de sens", a-t-il répondu à François Lenglet. Il souhaite en revanche rendre possible des accords d'assouplissement de cette règle entreprise par entreprise.

Voir la vidéo
DPDA - FRANCE 2

Sur les retraites : "Ouvrir le sujet d'une manière consensuelle"

Faut-il repousser à 65 ans l'âge de départ à la retraite ? La question a été posée au ministre par Benoist Apparu, député UMP proche d'Alain Juppé. "Ce n'est pas une priorité de la semaine", a d'abord répondu Emmanuel Macron, soulignant que la précédente réforme menée par l'exécutif en 2013 avait "assuré la viabilité de notre système jusqu'en 2020". Il a toutefois concédé qu'il convenait de mettre le sujet sur la table, "d'une manière progressive, et qui fasse consensus".

Voir la vidéo
DPDA - FRANCE 2

Face au FN : "Votre chemin, c'est le chaos"

Le face-à-face entre Emmanuel Macron, relativement novice en matière de débats télévisés, et Florian Philippot, vice-président du FN habitué aux plateaux, était attendu. Le premier a montré qu'il pouvait tenir tête au second lors des quinze minutes de confrontation. 

Macron a notamment attaqué Philippot sur le protectionnisme économique souhaité par le parti de Marine Le Pen. "Faisons la guerre aux Chinois avec nos petits bras, comme vous le souhaitez : ils vont sortir toutes les entreprises françaises installées là-bas, a-t-il lancé. La Chine représente 25% des parts de marché d'Airbus : allez expliquer aux salariés qu'il faut faire la guerre aux Chinois. Quand on suit votre chemin, c'est le chaos."

Voir la vidéo
DPDA - FRANCE 2