Réserve parlementaire : comment les députés PS ont été priés de financer une association anti-FN

La Ligue de l'enseignement, proche du Parti socialiste, a bénéficié en 2015 d'une enveloppe rondelette de 268 000 euros versée par des députés PS. Notamment pour militer contre le Front national.

Le président du groupe PS à l'Assemblée nationale, Bruno Le Roux, lors d'une séance dans l'hémicycle, le 9 février 2016.
Le président du groupe PS à l'Assemblée nationale, Bruno Le Roux, lors d'une séance dans l'hémicycle, le 9 février 2016. (MAXPPP)

Mis à jour le , publié le

C'est une information qui risque de faire pester les responsables du Front national. En 2015, les députés ont pu dépenser un peu plus de 81 millions d'euros avec la réserve parlementaire de l'Assemblée nationale. Une cagnotte répartie entre les 577 élus du palais Bourbon, afin que chacun alloue des subventions à des associations ou des collectivités locales de son choix. Mais au sein du groupe socialiste, le choix a été, en partie, contraint. Selon les données mises en ligne sur le site internet de l'Assemblée nationale, lundi 29 février, pas moins de 201 députés PS ont en effet subventionné une association : la Ligue de l'enseignement. Un mouvement laïque dont le Parti socialiste est proche, et qui, en 2015, a milité contre une poussée du Front national aux élections. 

Selon un document que "L'Œil du 20 heures" de France 2 a pu se procurer, mardi 1er mars, ce choix de subventionner massivement la Ligue de l'enseignement n'est pas un hasard. En septembre 2014, le président du groupe PS à l'Assemblée, Bruno Le Roux, envoie un courrier à l'ensemble de ses collègues (voir ci-dessous). Il leur "propose d'abonder un fonds géré par la Ligue de l'enseignement" et "qui sera destiné au soutien du tissu associatif dans les communes administrées par le Front national"

Plus de 268 000 euros récoltés

A la suite de ce courrier, certains députés socialistes, "près de cinquante", font part de leur étonnement. Le 21 janvier 2015, Valérie Rabaut, rapporteure générale du budget, s'en explique. Voici un extrait de son courrier, dont "L'Œil du 20 heures" s'est procuré une copie :

Elle précise par ailleurs que, "sauf avis contraire exprimé auprès du groupe, l'allocation de 1 000 euros à la Ligue de l'enseignement [sera] réalisée" automatiquement. En définitive, sur les 275 membres du groupe socialiste, républicain et citoyen, 201 députés ont versé cette subvention. Pour la plupart, il s'agit de versements à hauteur de 1 000 euros, même si certains se sont montrés plus généreux. Le montant total récolté s'élève ainsi à 268 300 euros.

Une association privée de subventions par le FN, selon le PS

A quoi a servi cet argent ? Contacté par "L'Œil du 20 heures", le groupe PS à l'Assemblée assure que le parti soutient depuis longtemps cette association "d'intérêt public, qui travaille sur l'éducation populaire, la laïcité, et lutte contre l'extrémisme". Le groupe précise avoir voulu aider la Ligue de l'enseignement, en difficultés financières "du fait de l'alternance dans plusieurs municipalités FN, qui ont coupé les subventions pour des raisons politiques et ségrégationnistes". Mais le groupe PS se défend de mener, via la Ligue de l'enseignement, des actions visant directement le Front national.

Lors des dernières élections régionales, l'association a pourtant appelé à "faire barrage" au parti d'extrême droite. "Une victoire du FN, renvoyant aux années les plus sombres de l’histoire de notre pays, aurait des conséquences dramatiques pour la France et ses habitants, martelait la Ligue de l'enseignement dans un communiqué. C’est aussi l’étranglement programmé des associations et le reniement total des valeurs de la République : une laïcité instrumentalisée, une fraternité inexistante, des libertés menacées, une égalité des droits mise à mal."

Contactée, Hélène Grimbelle, secrétaire nationale de la Ligue de l'enseignement, explique de son côté que des actions ont notamment été menées dans des territoires où l'abstention est forte et où le vote FN a fortement progressé, comme en Alsace, en Paca ou dans le Nord-Pas-de-Calais-Picardie.

On a consacré nos moyens à développer des outils d'information, à monter des expositions, à mettre en place des kits pédagogiques pour inciter les jeunes à s'engager dans le tissu associatif, et promouvoir les valeurs de la République.

Hélène Grimbelle, secrétaire nationale de la Ligue de l'enseignement

à France 2