Des paroles et des actes, France 2

Regardez en direct "Des paroles et des actes" avec Mélenchon, Duflot et Hamon

L'émission de France 2 accueille plusieurs personnalités politiques de gauche pour évoquer le thème de "La France qui gronde".

Voir la vidéo
avatar
Clément ParrotFabien MagnenouFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Ce qu'il faut savoir

Les résultats pour le gouvernement de François Hollande tardent à se faire sentir et la gauche de la gauche se montre de plus en plus critique sur le bilan provisoire du président de la République. Pour évoquer cette "France qui gronde", Des paroles et des actes accueille, jeudi 4 décembre, plusieurs personnalités de gauche.

 Benoît Hamon, ancien ministre de l'Economie sociale et solidaire et de la consommation et ministre éphémère de l'Education nationale, a décidé de quitter le gouvernement de Manuel Valls pour des désaccords politiques. Depuis, il fréquente les réunions des députés socialistes frondeurs.

Jean-Luc Mélenchon, député européen et membre du Parti de Gauche, est de plus en plus critique sur François hollande et sa politique.

 Cécile Duflot, ancienne ministre du Logement, a quitté le gouvernement lors du remaniement d'avril dernier. Depuis la responsable écologiste a réglé ses comptes avec François Hollande dans un livre intitulé De l'intérieur, voyage au pays de la désillusion.

Le live

Suivez le live et réagissez en direct
#DPDA

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #DPDA

23h38 :  L'émission Des paroles et des actes est désormais terminée. Je vous souhaite une bonne fin de soirée en compagnie de mon collègue Vincent Matalon.

23h36 :  "Le génie français, c'est d'avoir été capable de changer en permanence pour devenir universel", termine pour sa part Jacques Attali.

23h34 :  "On a la chance d'avoir un pays constitué d'une grande variété de personnes, de cultures diverses", conclut pour sa part Rokhaya Diallo.

23h31 :  "Aujourd'hui, les Français ont besoin d'être respectés dans leur culture, dans leurs traditions (...)", lâche Robert Ménard en guise de conclusion.

23h29 :  "J'ai senti ici, pardonnez-moi de le dire ainsi, vraiment une odeur de moisi (...) un retour sur une crispation sur soi", lâche Jacques Attali.

23h27 :  "Il faut accepter qu'un prénom comme Mohammed soit l'un des plus donné en Ile-de-France, c'est aussi une richesse de la France", estime la militante antiraciste Rokhaya Diallo, face au maire de Béziers Robert Ménard.


FRANCE 2

23h25 :  "Je crois qu'il y a d'autres facteurs qui aident à la progression du Front national", dit Rokhaya Diallo, qui estime que le parti de Marine Le Pen a réussi à renouveler ses cadres. "De l'autre côté, on nous propose Alain Juppé." 

23h20 :  "Dans une période où on se sent fragilisé, la famille c'est un rempart", estime Robert Ménard, qui se prononce pour une abrogation de la loi et un démariage des couples homosexuels déjà unis.

23h17 :  Guillaume Roquette fait glisser le débat sur le mariage pour tous, en estimant que les manifestations contre cette loi sont révélatrices de l'attachement des Français aux valeurs de la famille. "Aucun gouvernement de droite ou de gauche ne reviendra dessus", répond Jacques Attali.

23h10 :  "Il faut accepter qu'un prénom comme Mohammed soit l'un des plus donné en Ile-de-France, c'est aussi une richesse de la France", rétorque Rokhaya Diallo à Robert Ménard. "Ma boulangère est voilée, elle fait une excellente baguette tradition",ajoute la militante antiraciste. 

23h04 :  "Ce n'est pas le problème de l'immigration en soit, mais plutôt celui de l'intégration ou de ce qu'on appelait avant l'assimilation", avance Guillaume Roquette.

23h02 :  "Le problème, ce n'est pas que les gens détestent les noirs ou les arabes (...) mais ils ont envie d'une immigration qui se plie aux règles du pays d'accueil", estime Robert Ménard, maire de Béziers.

22h59 :  "Si la France sera une grande puissance dans l'avenir, c'est en grande partie en raison de sa démographie", rappelle Jacques Attali. Il estime par ailleurs que la crise actuelle s'explique par l'incapacité des politiques à prendre leurs responsabiliser.

22h57 :  "Ce n'est pas depuis 2014 que les Français ont peur de l'immigration", rappelle Rokhaya Diallo en évoquant les troubles du début du siècle avec les Italiens et les Polonais.

22h57 : L'eurodéputée allemande CDU Ingeborg Grässle a déploré le manque de fiabilité de la France, dont la politique économique contrevient selon elle aux engagements européens. Cette remarque a donné lieu à une passe d'armes avec Jean-Luc Mélenchon.


FRANCE 2

22h52 :  "Je pense que les Français attendent que quelqu'un se lève et leur dise 'votre avenir est magnifique'", assure Jacques Attali.

22h50 : Jacques Attali rappelle que la France est de droite depuis presque toujours, "car il y a cette idée du c'était mieux avant".

22h49 :  La montée des extrêmes est une conséquence de l'incompétence de la gauche, qui a laissée sa place à Zemmour pour stigmatiser l'islam et faire peur sur l'éventualité d'un choc des civilisations !

22h49 :  Pour @Amal, dans les commentaires, la "droitisation" de la société est le résultat de l'échec de la gauche.

22h47 :  Existe-t-il une droitisation de la France ? Pour Robert Ménard, c'est simplement que "les Français se libèrent".

22h45 :  Pour 64% des français, "les chômeurs retrouveraient un emploi s'ils le voulaient vraiment", rappelle David Pujadas, qui s'appuie sur l'étude Credoc de septembre 2014

22h43 :  Place à la deuxième partie de l'émission, avec Jacques Attali, le maire de Béziers Robert Ménard, l'éditorialiste Guillaume Roquette et la militante féministe et antiraciste Rokhaya Diallo.

22h34 : "Je pense à mes quatre arrière-grands-pères qui ont fait la guerre de 14-18 et je trouve ça formidable qu'on ait un débat."

 Cécile Duflot tente de calmer le jeu, tout en appelant l'Allemagne à la solidarité en rappelant que la France a participé au financement de la réunification allemande.

22h27 :  "La France ne manque pas de courage (...) Je crois que vous feriez mieux de nous parler sur un autre ton", Jean-Luc Mélenchon répond avec fermeté à la députée européenne du CDU en expliquant que ses solutions conduiraient la France à la même situation que la Grèce.

22h26 :  1ère question de la CDU : comment la France va baisser sa dette? Et elle, comme elle lutte contre la déflation salariale en Allemagne? #DPDA

22h25 :  l'Allemagne qui donne des leçons avec un smic inférieur et qui exploité les immigrés en les sous payant...

22h25 :  Sur Twitter et dans les commentaires, les internautes réagissent assez négativement à l'intervention de la députée européenne allemande de la CDU, le parti d'Angela Merkel. Ils fustigent la politique salariale outre-Rhin.

22h23 :  "Comme je savais que j'allais voir monsieur Langlet, je vous ai apportés un graphique." Cécile Duflot a présenté un tableau qui présente le coût du réchauffement climatique. Il est bien plus coûteux de ne rien faire que d'agir, selon ces chiffres de l'économiste Nicholas Stern. "Comme je savais que j'allais voir monsieur Lenglet, je vous ai apportés un graphique."


FRANCE 2

22h23 :  "Le socialisme ne dure que jusqu'à ce que se termine l'argent des autres", Ingeborg Gräessle, députée européenne d'Allemagne du CDU, tacle les solutions proposées par les trois invités du soir.

22h20 :  "Il y a un grand écart entre ce qu'avait annoncé François Hollande (...) et ce qu'il ne fait pas", Cécile Duflot s'en prend une nouvelle fois au bilan du président.

22h18 :  Nathalie Saint-Cricq interroge Cécile Duflot sur ses ambitions présidentielles. "Vous voulez que je vous dise pourquoi ça ne m'intéresse pas ? J'ai été très marquée par Bernard Tapie (...) annoncé comme président de la République et trois semaine après incarcéré", répond Cécile Duflot.

22h15 : "Quand on ne s'est pas trompé, on mérite au moins d'être écouté", Jean-Luc Mélenchon se targue d'avoir prévu la situation en Grèce ainsi que la crise économique actuelle.

22h15 :  Sorti du gouvernement, Benoît Hamon dresse un constat très noir sur la situation démocratique en France.


22h14 : Cécile Duflot est venue avec son petit graphique pour concurrencer François Lenglet afin de prouver que l'inaction contre le réchauffement climatique coûterait plus cher que des mesures concrètes.

22h11 : "Je continue à dire que diminuer les capacités de l'Etat à répondre aux problèmes des Français (...) c'est prendre le risque de faire reculer la République, et là où la République recule le Front national prospère"

Benoît Hamon revient sur ses désaccords avec la ligne actuelle du gouvernement.

22h08 :  M.Mélenchon pratique une politique du 19ème siècle. Comment fait-il pour mépriser autant les chefs d'entreprises qui sont des citoyens autant engagés que lui ? La lutte des classes est terminée.

22h08 :  JL Mélenchon surclasse vraiment C Duflot et B Hamon !! #dpda

22h08 :  Si un invité cristallise l'attention de nos internautes, c'est bien Jean-Luc Mélenchon. Dans les commentaires, il suscite aussi bien les louanges que les critiques.

22h08 : "J'ai dit que François Hollande c'est pire en termes sociales", se défend Jean-Luc Mélenchon en citant la réforme des retraites du gouvernement socialiste.

22h07 : Jean-Luc Mélenchon liste trois points d'accord avec Cécile Duflot et Benoît Hamon : le changement des institutions, la question des traités européens et la politique économique de long terme. "Il y a la base d'une idée commune."

FRANCE 2

22h05 : Benoît Hamon reproche à Jean-Luc Mélenchon de"dire que Sarkozy et Hollande c'est la même chose".

22h02 :  Jean-Luc Mélenchon exprime ce qui le rapproche de Benoît Hamon et Cécile Duflot : "Nous avons en commun de vouloir un changement des institutions, d'avoir voté contre aux traités européens et (...) de vouloir une politique de long terme."

21h57 :  Qui est François Asselin, le chef d'entreprise qui intervient dans l'émission ? L'homme est candidat pour prendre la tête de la CGPME (Confédération générale du patronat des petites et moyennes entreprises) et risque fort d'être élu puisqu'il est le seul candidat déclaré à cette élection.

21h55 :  Quand aura t-on un chef d'entreprise en président ?

21h54 :  Enfin un invité qui sait de quoi il parle....c'est le chef d'entreprise

21h54 :  L'intervention du patron présent dans le public est saluée dans la plupart des réactions qui nous parviennent.

21h53 : "J'ai eu le plaisir de créer des entreprises", lâche Cécile Duflot qui évoque son expérience professionnelle. Elle évoque également ses deux ans en tant qu'apprentie.

21h52 : "La dette, c'est de la rigolade", estime Jean-Luc Mélenchon. Celui-ci dénonce "le chantage à la dette", jugeant que "la France est richissime".


FRANCE 2

21h51 : Sur l'apprentissage, Cécile Duflot se montre plus souple que Jean-Luc Mélenchon pour d'éventuels ajustements. Mais l'ancienne ministre refuse tout assouplissement du code du travail sur les contrats de travail.

21h51 :  C'est l'une des déclarations fortes de Jean-Luc Mélenchon lors de ce début d'émission. L'ancien candidat du Front de gauche à la présidentielle a fustigé la manière dont est gérée la dette publique par l'exécutif.