Réforme territoriale : la fusion des régions pourrait coûter cher

Leur nombre va passer de 22 à 13 avec, en théorie, des économies à la clé. D'ores et déjà, ces regroupements connaissent quelques ratés. Les explications avec France 2.

Voir la vidéo
FRANCE 2

Mis à jour le , publié le

 

Leur nombre va passer de 22 à 13 avec, en théorie, des économies à la clé. D'ores et déjà, ces regroupements connaissent quelques ratés. Les explications avec France 2.  Au coeur de Rouen (Seine-Maritime), l'État paye 100 000 euros de loyer mensuel pour une tour comprenant 12 000 mètres carrés de bureaux sur neuf étages. Problème : depuis deux ans la tour est vide, plus de 2 millions d'euros de loyers ont été payés pour rien. Les Rouennais se disent choqués. Après deux ans de travaux, l'immeuble loué par l'État devait regrouper des services administratifs, mais la future fusion des régions Normandie a tout bloqué. La préfecture peine à répartir les fonctionnaires.

"Un manque de préparation"

Un certain flou entoure la réforme des régions. Au 1er janvier, la France passera de 22 à 13 régions, présentées comme plus fortes au niveau européen. Ce changement occasionne des frais de déménagements, de transports, des bâtiments à construire, une augmentation des salaires. C'est le cas avec les employés de Bordeaux qui devront être mieux payés pour s'aligner sur leurs collègues de Poitiers.
Autre problème dans la région Midi-Pyrénées-Languedoc-Roussillon où les réseaux informatiques ne sont pas compatibles : il faut les changer. Dominique Reynié, tête de liste Les Républicains, dénonce "un manque de préparation".
 
Le JT
Les autres sujets du JT