VIDEO. "L'énergie la plus propre, c'est le nucléaire", juge Vincent Peillon

Le candidat à la primaire de la gauche était l'invité de l'émission "On n'est pas couché" sur France 2, samedi.

Voir la vidéo
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

A deux semaines du premier tour de la primaire de la gauche, Vincent Peillon ne va pas se faire des amis au sein de l'électorat écologiste. Invité de Laurent Ruquier dans "On n'est pas couché", samedi 7 janvier sur France 2, l'ancien ministre de l'Education nationale a estimé que "l'énergie la plus propre, c'est le nucléaire"

Refusant de dire quelles centrales il fermerait s'il était élu à l'Elysée, Vincent Peillon a renvoyé vers les recommandations de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) : "C'est à elle, comme organisme indépendant, de nous dire là où il y a les plus grands dangers, et là où il faut fermer d'abord." 

"J'ai pris un objectif raisonnable : c'est les 50%"

"Ce qui est très intéressant, c'est la contradiction dans laquelle on est : on veut une énergie propre, et en même temps, aujourd'hui, l'énergie la plus propre, c'est le nucléaire", a expliqué Vincent Peillon. 

"Il y a des gens qui veulent aller beaucoup plus loin, moi, j'ai pris un objectif qui est raisonnable : c'est les 50%" de nucléaire dans la production d'énergie, a-t-il développé. Aujourd'hui, si on veut respecter nos engagements de la COP21, on est dans la nécessité de garder un temps donné du nucléaire." 

En 2012, François Hollande s'était déjà engagé à réduire à 50% la part du nucléaire dans la production d'électricité d'ici à 2025, "étape par étape". Mais si la loi sur la transition énergétique a défini des objectifs ambitieux sur les énergies renouvelables, les économies d'énergie, une dépendance réduite au nucléaire et aux fossiles (charbon, gaz, pétrole), la promesse de fermer la centrale de Fessenheim avant la fin de son quinquennat n'aura pas été tenue. 

L\'ancien ministre socialiste Vincent Peillon sur le plateau de France 2, le 7 janvier 2017.
L'ancien ministre socialiste Vincent Peillon sur le plateau de France 2, le 7 janvier 2017. (FRANCE 2)