DIRECT. "Je quitterai mes fonctions dès demain", déclare Manuel Valls à Evry

Le Premier ministre a annoncé sa candidature lors d'une visite à Evry (Essonne).

Manuel Valls annonce sa candidature à la primaire de la gauche, à Evry (Essonne), le 5 décembre 2016.
Manuel Valls annonce sa candidature à la primaire de la gauche, à Evry (Essonne), le 5 décembre 2016. (BERTRAND GUAY / AFP)
logo
Kocila MakdecheYann ThompsonCamille CaldiniFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Ce qu'il faut savoir

Manuel Valls a annoncé sa candidature à la présidence de la République lors d'une conférence de presse à Evry, son fief de l'Essonne. Par ailleurs, il a précisé qu'il ne serait plus Premier ministre à partir "de demain" et "en accord avec le président de la République" pour se consacrer à la campagne pour la primaire de la gauche des 22 et 29 janvier.

Les réserves de Martine Aubry. Soutenir Manuel Valls ? "Ce n'est pas évident, on va voir", a déclaré lundi la maire de Lille. "Je serai présente pour soutenir un candidat qui représente le cœur des valeurs du Parti socialiste", avait-elle précisé un peu plus tôt.

Qui pour lui succéder ? Manuel Valls pourrait être remplacé par le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, ou le ministre de l'Economie et des Finances, Michel Sapin.

François Hollande a renoncé à se présenter. Le chef de l'Etat a annoncé, jeudi, qu'il ne se présenterait pas à la présidentielle. "Aujourd'hui, je suis conscient des risques que ferait courir une démarche, la mienne, qui ne rassemblerait pas largement autour d'elle", s'est-il justifié. 

Le live

Suivez le live et réagissez en direct
#PRESIDENTIELLE

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #PRESIDENTIELLE

00h02 : Il est minuit, le moment de clore ce direct avec un dernier rappel des titres :

Manuel Valls a annoncé sa candidature à la primaire de la gauche, pour des raisons que nous expliquons dans cet article. Il démissionnera officiellement demain.

• La circulation alternée sera mise en place, demain, à Paris et en proche banlieue, en raison d'un épisode de pollution en Ile-de-France. Seules les immatriculations paires pourront rouler. Les transports en commun seront gratuits.

• Le chanteur Michel Polnareff est atteint d'une embolie pulmonaire. Il est toujours dans un état grave, mais "les nouvelles sont encourageantes", selon son médecin.

Après avoir présenté sa démission, Matteo Renzi reste à la tête du gouvernement quelques jours encore. Le président italien lui a demandé de reporter sa décision jusqu'au vote définitif de la loi de finances 2017.

23h31 : Que va changer la démission de Manuel Valls, annoncée pour demain, à l'état d'urgence, en place plus d'un an ? Selon la loi, il devrait être levé, 15 jours après. Mais en réalité, fin de l'état d'urgence est hautement improbable. Explications.

23h25 : Notre blogueuse spécialisée dans la communication analyse le discours de Manuel Valls, dans cet article. Pour elle, la mise en scène était "trop présente".

22h56 : Quitter le poste de 1er ministre pour tenter de devenir président. ..En fait Manuel Valls c'est Iznogoud

22h54 : On se moque de Valls et de son 49.3 mais c'est quand même 49 de plus que Copé !

22h54 : #Valls : "J'en ai assez des discours qui stigmatisent nos compatriotes musulmans."

22h54 : Evidemment, la candidature de Manuel Valls à la primaire de la gauche a suscité quantité de réactions sur Twitter, dont beaucoup (vraiment beaucoup) de plaisanteries, mais aussi des petites piqûres de rappel sur son action en tant que Premier ministre. En voici quelques unes.

22h29 : @C : Non, c'est une blague signée Le Gorafi.


22h27 : Valls va-t-il utiliser le 49.3 pour être le seul candidat de la primaire ?

21h45 : Officiellement candidat, Manuel Valls démissionnera demain de son poste de Premier ministre. Dès mercredi, il tiendra son premier meeting dans le Doubs, à Audincourt, dans une circonscription détenue par le député PS Frédéric Barbier, qui avait battu de justesse la candidate FN, Sophie Montel, lors d'une législative partielle en février 2015.

21h27 : "Les Français en ont assez des hommes politiques qui font des discours et qui, en pratique, font exactement le contraire quand ils sont aux responsabilités. Or là, malheureusement, avec Manuel Valls, c'est le cas"


Le député socialiste du Cher, Yann Galut, s'est montré sévère à l'encontre de Manuel Valls, après sa déclaration de candidature à la primaire de la gauche. "Je crois qu'il n'est pas du tout le bon candidat pour rassembler la gauche", a-t-il déclaré à franceinfo.

21h06 : Il est 21 heures, voici les titres :

Manuel Valls a annoncé sa candidature à la primaire de la gauche. Revivez l'intégralité de son discours.

• La circulation alternée sera mise en place, demain, à Paris et en proche banlieue, en raison d'un épisode de pollution en Ile-de-France. Les transports en commun seront gratuits.

• Le chanteur Michel Polnareff est atteint d'une embolie pulmonaire. Il est toujours dans un état grave, mais "les nouvelles sont encourageantes", selon son médecin.

• C'est officiel : le Grand Prix de France fera son retour, en 2018, sur le circuit Paul-Ricard, au Castellet (Var).

20h38 : " Le problème, c'est qu'il y a quelques semaines, quelques mois, il nous expliquait que les deux gauches étaient irréconciliables."

La sénatrice socialiste Marie-Noëlle Lienemann s'est dite "un peu surprise", sur franceinfo, de la déclaration de candidature de Manuel Valls, présentée comme la candidature de "la réconciliation" et du "rassemblement".

20h19 : Manuel Valls est "un candidat de substitution, le légataire universel du hollandisme. Manuel Valls est tout autant comptable que François Hollande du bilan calamiteux du quinquennat".

La réaction de l'opposition n'a pas tardé. Après la déclaration de candidature de Manuel Valls, le secrétaire général des Républicains, Bernard Accoyer, a étrillé son bilan.

19h58 : Et si, je suis désolée. Depuis longtemps, c'est mon candidat: charisme, volonté, connaissance des dossiers et vrai amour de la France, lui est Français d'adoption

19h58 : Voici une première réaction réellement positive à la candidature de Manuel Valls, dans nos commentaires, ce soir.

19h44 : D'un côté seul Valls peut sauver la gauche, de l'autre ça me gêne qu'il abandonne le président.

19h43 : Il se soumet à la primaire, c'est avoir le sens du collectif et de l'intérêt général.

19h42 : Ne pas se rassembler derrière Valls, ne pas voter pour lui, c'est devoir voter pour François Fillon au deuxième tour. Les mécontents veulent-ils vraiment ça ?

19h41 : Entre le discours de Valls (très à gauche), et les actes de Valls en tant que premier ministre (nettement plus libéral et droitier), il y a une énorme différence. Peut-on lui faire confiance ? Si son discours ne correspond pas à ce qu'il ferait pour vrai, sa candidature n'a strictement aucun intérêt.

19h39 : @anonyme : Je reçois des dizaines, peut-être quelques centaines, de commentaires, depuis le début du discours de Manuel Valls. Pas un seul message enthousiaste quant à sa candidature jusqu'à présent. Voici les messages les plus "positifs" reçus ce soir :

19h38 : Ainsi vous partagez un avis qui semble négatif, mais sur quelle analyse et sur combien de commentaires ? Les miens ne passent jamais....Bizarre!

19h28 : Si vous avez manqué le discours de Manuel Valls, qui a déclaré sa candidature "à la présidence de la République", vous pouvez le revoir ici-même.


19h16 : Ne pas se rassembler derrière Valls, ne pas voter pour lui, c'est devoir voter pour François Fillon au deuxième tour. Les mécontents veulent-ils vraiment ça ?

19h08 : Du prêchi-prêcha ! Que n'a-t-il fait ce dont il parle quand il était Premier ministre ? Il ne manque pas d'aplomb, notamment en ce qui concerne l'usage du 49-3...

19h07 : La France a belle et bien besoin de la gauche mais la vraie gauche, pas le PS et encore moins besoin de Valls.

19h06 : Le pauvre, il va faire 10% à la primaire, car nous socialistes on n'oublie pas le mal qu'il a fait à notre parti. Ce n'est pas un rassembleur mais un diviseur.

19h09 : Convaincus ou pas ? Vous êtes nombreux à réagir à la candidature de Manuel Valls, et dans l'ensemble, vous ne semblez pas emballés par son discours.

19h01 : Ca y est : Manuel Valls a annoncé sa candidature à la primaire de la gauche. Sauvegarde de sa ligne politique, querelles d'ego, après-2017... Avec ma collègue Sophie Brunn, nous avons listé trois raisons pour lesquelles le futur ex-Premier ministre se lance dans la bataille.




(LOIC VENANCE / AFP)

18h59 : @nico : Manuel Valls ne démissionnera officiellement que demain. Il est donc peu probable que la nouvelle composition du gouvernement soit connue ce soir. Patience :)

18h58 : Bonjour, savez-vous si le secrétaire général de l'Elysée pendra la parole ce soir pour la composition du nouveau gouvernement ?

18h53 : Petits tacles à E. Macron qui voulait que les jeunes rêvent d'être millionnaires.

18h53 : "La réussite de la jeunesse ne peut pas être que financière"

18h52 : "Je sais la force de la jeunesse. Je veux que la jeunesse, toute la jeunesse de mon pays réussisse. Et parce que je suis un élu de ces quartiers populaires, je sais parfaitement que nous n'avons pas encore répondu à ses attentes."

18h50 : Faire gagner tout #CeQuiNousRassemble

18h50 : Pendant ce temps, sur Twitter, un visuel vient d'être dévoilé. Déjà une affiche de campagne ?

18h49 : Vous êtes plusieurs à avoir remarqué que Manuel Valls avait déclaré sa candidature à "la présidence de la République" et non "à la primaire de la gauche", mais n'en déduisez pas qu'il ne passera pas par la primaire. C'est une formulation employée par beaucoup de candidats aux primaires, y compris à droite.

18h44 : "La France a besoin de la gauche"

18h43 : "Ma candidature est celle de la conciliation, celle de la réconciliation. Je pose donc ce premier acte pour l'unité, parce que j'ai une responsabilité : rassembler"

18h41 : "Je suis révolté au fond de moi-même à l'idée que la gauche soit disqualifiée"

18h40 : "Je veux me battre contre la droite, son candidat, son programme, ses vieilles recettes des années 80, qui nous présente comme une avancée un recul social généralisé"

18h39 : "Je suis candidat parce que la France doit peser de tout son poids dans un monde qui n'a plus rien à voir avec ce qu'il était : menace terroriste, réchauffement climatique..."

18h37 : "Le temps est venu d'aller plus loin dans mon engagement. Le sens de l'Etat me fait considérer que je ne peux plus être Premier ministre tout en étant candidat"

18h36 : "J'ai cette force en moi", poursuit-il, avant d'adresser un message à François Hollande. "Je veux lui dire ma très grande fierté d'avoir assumé à ses côtés ces responsabilités immenses, intenses et d'avoir engagé des réformes essentielles"

18h35 : "Je suis candidat à la présidence de la République", annonce d'entrée Manuel Valls.

18h33 : C'est parti. Sous les applaudissements, le Premier ministre, Manuel Valls, arrive à son pupitre, à Evry, pour annoncer sa candidature à la primaire de la gauche. Regardez son discours ici.

18h23 : Oui @Ju, vous pourrez le regarder sur notre chaîne franceinfo dans moins de 10 minutes (canal 27 sur la TNT, ou par ici) et le suivre également en direct avec nous.

18h21 : Bonjour ! L'allocution de Manuel Valls sera-t-elle diffusée par une chaîne télé ?

18h13 : Les derniers soutiens de François Hollande en veulent à Manuel Valls et n'hésitent pas à le faire savoir. Alors que le Premier ministre doit annoncer sa candidature à la primaire de la gauche, une petite communauté d'irréductibles militants hollandais font part de leur désarroi sur Twitter, avec un nouveau hashtag : #TSV, pour "Tout sauf Valls".




(JACQUES DEMARTHON / AFP)

18h01 : Il est 18 heures, voici les titres de ce début de soirée :

Manuel Valls va annoncer sa candidature à la primaire de la gauche, à 18h30, dans son fief électoral d'Evry (Essonne). Vous pourrez suivre son discours dans notre direct.

• La circulation alternée sera mise en place, demain, à Paris et en proche banlieue, en raison d'un épisode de pollution en Ile-de-France. Les transports en commun seront gratuits.

• Le chanteur Michel Polnareff est atteint d'une embolie pulmonaire qui "engage son pronostic vital", selon son attaché de presse.

• C'est officiel : le Grand Prix de France fera son retour, en 2018, sur le circuit Paul-Ricard, au Castellet (Var).