Environnement, inégalités, gouvernance... Ce que propose Anne Hidalgo aux candidats de la primaire de la gauche

La maire socialiste de Paris a adressé une lettre de cinq pages aux candidats de la primaire de la gauche.

La maire de Paris, Anne Hidalgo, le 6 janvier 2017.
La maire de Paris, Anne Hidalgo, le 6 janvier 2017. (JULIEN MATTIA / NURPHOTO / AFP)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Anne Hidalgo l'a dit très clairement le 12 décembre : elle soutient Vincent Peillon. Mais elle "n'entend pas se contenter de jouer les supportrices dans les gradins tandis que les candidats à la primaire à gauche s’affrontent sur le terrain des idées", analyse Le Monde.

Ainsi, la maire PS de Paris a adressé une lettre de cinq pages aux candidats de la primaire de la gauche. Dans ce courrier, dévoilé mardi 10 janvier par Le Monde, Anne Hidalgo développe ses propositions sur l'environnement, les luttes contre les inégalités et la décentralisation.

"Notre priorité absolue doit être de mettre en œuvre l'Accord de Paris"

La maire de Paris développe le thème du changement climatique, qui lui est cher. Elle estime qu'il faut relever le défi "non pas en subissant les changements qu'il nous impose comme une contrainte, mais en y voyant autant d'opportunités économiques, sociales et culturelles et démocratiques".

"L'humanité se trouve à la portée d'un déluge qui risque de tout emporter sur son passage. Notre priorité absolue doit être de mettre en œuvre l'Accord de Paris", affirme la maire. Elle appelle aussi à "aller vite", en rappelant notamment son objectif de sortie du diesel en 2020 à Paris.

Il faut que la "France porte, avec d'autres pays européens en pointe sur ces sujets, la nécessité de faire sortir de la comptabilisation des fameux 3% de déficits de Maastricht toutes les dépenses environnementales", lance-t-elle.

"Une société minée par les inégalités"

En dénonçant une "société minée par les inégalités", "rétablir l'égalité et oeuvrer pour une société plus juste doit être notre priorité", poursuit Anne Hidalgo. Elle propose ainsi que "la cible privilégiée de toutes nos politiques" soit "la France dite périphérique, celles des banlieues, la France périurbaine", avec un programme de 40 milliards d'euros par an pour les transports, le logement, les entreprises, l'art, etc.

"Ce plan doit se déployer dès le lendemain de l'élection et jusqu'à la fin du mandat", dit-elle. Elle estime que "ces quartiers devenus des ghettos doivent être ceux de notre renaissance".

La nécessité de "nouvelles pratiques de gouvernance démocratique"

La maire de Paris évoque enfin de "nouvelles pratiques de gouvernance démocratique" avec des citoyens "plus étroitement impliqués dans le processus démocratique", plus de décentralisation.

Anne Hidalgo en appelle à "une modernisation de la Constitution" avec un renforcement du rôle du Premier ministre et du Parlement, la suppression du 49-3, deux mandats maximum à la tête d'un exécutif local, un Sénat "chambre des territoires" avec en partie des citoyens tirés au sort, un "budget participatif national" et la suppression de l'immunité parlementaire.