Taubira juge "affligeants" les propos de Sarkozy sur Vallaud-Belkacem

"Dans le combat effréné pour la médiocrité, [Christiane Taubira] est en passe d'être dépassée par Najat Vallaud-Belkacem", avait lancé l'ancien président de la République.

La ministre de la Justice, Christiane Taubira, à Paris, le 6 mai 2015.
La ministre de la Justice, Christiane Taubira, à Paris, le 6 mai 2015. (THOMAS SAMSON / AFP)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Ils s'affrontent par médias interposés. Christiane Taubira a répondu à Nicolas Sarkozy, dimanche 17 mai, après des attaques de l'ancien président de la République à l'encontre de Najat Vallaud-Belkacem.

>> EN IMAGES. "Médiocre", "arrogante", "dédaigneuse" : les attaques les plus violentes contre Najat Vallaud-Belkacem

Lundi soir, lors d'un meeting en Seine-Saint-Denis, le leader de l'UMP avait taclé à la fois la ministre de l'Education et la garde des Sceaux. "Dans le combat effréné pour la médiocrité, [Christiane Taubira] est en passe d'être dépassée par Najat Vallaud-Belkacem", avait lancé Nicolas Sarkozy. Invitée à réagir sur le plateau de Canal+, la ministre de la Justice s'est mise en colère.

C'est de la politique ça? C'est juste affligeant.

Christiane Taubira

"Le Supplément", Canal+

"Dans ce pays, on ne veut rien pardonner à la jeunesse, a poursuivi Christiane Taubira. Un mot de côté, un regard de côté, une erreur. On est impitoyable dans ce pays avec la jeunesse. Et ça ? Un ancien chef d'Etat, un ancien président de la République ? Les mots qu'il utilise pour parler de ministres de la République ? Vous me parlez de politique, là ?" A l'entendre, "il n'y a pas de mots" pour qualifier les propos de l'ancien président.

Des attaques déjà dénoncées par Valls et Cambadélis

Mardi déjà, le Premier ministre, Manuel Valls, avait dénoncé les "mots insupportables" de Nicolas Sarkozy contre Najat Vallaud-Belkacem, particulièrement ciblée en ce moment par la droite pour sa réforme du collège. Le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, avait pour sa part qualifié l'attaque de "légèrement xénophobe". Invité de France 3, dimanche, le prédécesseur de Vallaud-Belkacem au ministère de l'Education, Benoît Hamon, a estimé qu'il y avait "sans doute des arrière-pensées" derrière le lien fait entre Taubira et Vallaud-Belkacem par le président de l'UMP.

Voir la vidéo
FRANCE 3