Aubry soutient (finalement) la primaire à gauche, même si Hollande est candidat

La maire socialiste de Lille avait dans un premier temps affirmé que le chef de l'Etat n'en avait "pas besoin".

La maire PS de Lille (Nord), Martine Aubry, lors d'un débat sur la primaire à gauche dans sa ville, le 25 février 2016.
La maire PS de Lille (Nord), Martine Aubry, lors d'un débat sur la primaire à gauche dans sa ville, le 25 février 2016. (FRANCOIS LO PRESTI / AFP)
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

A quatorze mois de l'élection présidentielle de 2017, Martin Aubry agite décidément beaucoup le Parti socialiste. Après avoir lancé une charge virulente contre l'exécutif, cosignée dans Le Monde, la maire de Lille apporte désormais son soutien à une primaire à gauche, jeudi 25 février au soir. Et ce, même si François Hollande décide de se représenter. 

Arrivée à la toute fin des débats organisés dans sa ville par le collectif "Notre Primaire", Martine Aubry a pris le micro quelques minutes devant l'auditoire. Le temps d'estimer que, si le président de la République était "prêt" à participer à la primaire, ce serait "formidable".

Une pierre de plus dans le jardin de Hollande

Mercredi soir, la même n'avait pourtant pas semblé déborder d'enthousiasme pour l'initiative. Elle avait alors affirmé que le chef de l'Etat n'avait "pas besoin" de passer par une primaire, s'il était candidat. Jeudi soir, l'ex-ministre a confié avoir eu "une petite réaction institutionnelle" en pensant : "Comment on peut demander à un président de la République - s'il est candidat - d'aller dans une primaire ?". Et elle a rappelé qu'elle avait elle-même fait inscrire la primaire dans les statuts du PS.