Agression de Boris Faure : sa première plainte portait sur des accusations de racisme de la part de M'jid El Guerrab

En mai, Boris Faure avait porté plainte contre le député LREM M'jid El Guerrab pour "diffamation publique". Ce dernier accusait le cadre socialiste, avec qui il a eu une altercation fin août, de racisme sur Twitter. 

Boris Faure.
Boris Faure. (capture d'écran twitter)
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

La plainte déposée le 31 mai 2017 par Boris Faure, premier secrétaire de la fédération socialiste des Français de l'étranger, contre M'jid El Guerrab, député LREM, avec qui il a eu une altercation le 30 août, reposait sur des accusations de racisme via Twitter, d'après les documents consultés par franceinfo.

Accusé "de racisme de manière publique"

Le 31 mai 2017, Boris Faure a porté plainte contre M'Jid El Guerrab, pour "diffamation publique", au commissariat du 10e arrondissement de Paris. Devant les policiers, il a dénoncé les agissements de M'jid El Guerrab sur Twitter, ce dernier l'accusant "de racisme de manière publique", peut-on lire dans la plainte.

Le premier secrétaire de la fédération socialiste des Français de l'étranger disait craindre pour sa réputation et que ces propos nuisent à sa personne et à sa fonction. Boris Faure a déclaré avoir demandé par sms à M'jid El Guerrab de retirer ce "commentaire" de son compte Twitter et de lui faire "des excuses privées", mais il dit n'avoir jamais obtenu de réponse de la part du député de La République en Marche, toujours selon sa plainte.

Une plainte sans suite judicaire

L'avocat de Boris Faure a transmis à franceinfo les copies des sms envoyés par son client à M'jid El Guerrab. Dans ces différents messages, selon les documents que nous a transmis le conseil du cadre socialiste, il parle de "main tendue" et de sa volonté d'"enterrer la hache de guerre". Depuis plusieurs mois, les deux hommes nourrissaient en effet un contentieux né du départ du PS de M'jid El Guerrab, ancien conseiller du Premier secrétaire Jean-Christophe Cambadélis.

Dans un sms daté du 29 mai 2017, en pleine campagne pour les législatives, Boris Faure explique à son ancien camarade socialiste que "la politique, c'est pas la guerre". Il lui dit que "d'ici deux jours, sauf retrait du tweet incriminé et excuses privées, je me verrai dans l'obligation de porter plainte pour diffamation", ce qu'il fait le 31 mai 2017. Une plainte qui pour l'instant n'a pas eu de suite judiciaire.

M'Jid El Guerrab a été mis en examen samedi pour "violences volontaires avec arme". Il est accusé d'avoir blessé mercredi dernier Boris Faure à coups de casque de scooter. M'Jid El Guerrab a expliqué que celui-ci l'a traité de "sale arabe" et qu'il a donc réagi à cette insulte.

Le cadre de la Fédération socialiste des Français de l'étranger a dû être opéré en urgence. Il est sorti de l'hôpital dimanche et se trouve en convalescence dans sa famille à Bruxelles. Il s'est vu prescrire plus de 30 jours d'incapacité totale de travail, selon son avocat.