Primes de cabinet : comment les ministères se sont partagé 12 millions d'euros en 2013

"Le Figaro" a épluché le projet de loi de finances 2014. Près de 450 membres des équipes ministérielles se sont réparti 12 millions d'euros "de façon très inégale". Voici comment.

Photo de famille du gouvernement Ayrault, le 17 mai 2012.
Photo de famille du gouvernement Ayrault, le 17 mai 2012. (LIONEL BONAVENTURE / AFP)
avatar
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

C'est un document "aride et visiblement négligé" que Le Figaro a épluché pour publier cet article, lundi 14 avril : les 100 pages de tableaux du dernier "jaune budgétaire" du projet de loi de finances 2014. Le journal révèle que 449 membres des équipes ministérielles se sont partagé 12 millions d'euros de primes de cabinet, appelées "indemnités pour sujétions particulières" dans le langage administratif. Comment cet argent a-t-il été distribué ? Quels sont les ministères où les collaborateurs des ministres ont le plus touché de primes ? Eléments de réponse.

Les primes de cabinet, c'est quoi ?

Les "indemnités pour sujétions particulières" qualifient les enveloppes ministérielles que les ministères distribuaient auparavant en main propre, et que Lionel Jospin a décidé d'intégrer aux fiches de paie en 2001. "Si ce document permet d'établir une moyenne mensuelle de primes individuelles par ministère, il ne permet pas de ventiler les montants réels alloués selon les statuts", par exemple entre un directeur de cabinet et un simple conseiller, nuance Le Figaro

En 2013, le montant global de ces primes a atteint 26,4 millions d'euros. Une partie revient au personnel de soutien des ministères, comme les cuisiniers ou les chauffeurs. Le montant qui concerne le seul personnel politique, soit 449 personnes pour l'an dernier, est de 12 millions d'euros. 

Quels ministères ont été les plus généreux en 2013 ?

Le Figaro établit le classement des ministères en fonction du montant annuel des primes de cabinet allouées aux collaborateurs. Les trois premiers ont distribué en moyenne plus de 40 000 euros brut par personne. Les voici :

• Ministère de la Décentralisation (Anne-Marie Escoffier) : 42 478 euros brut annuels par personne en moyenne, pour 4 bénéficiaires.

• Ministère de la Culture (Aurélie Filippetti) : 42 123 euros brut annuels par personne en moyenne, pour 11 bénéficiaires.

• Ministères de l'Artisanat, du Commerce et du Tourisme (Sylvia Pinel) : 40 195 euros brut annuels par personne en moyenne, pour 8 bénéficiaires.

Viennent ensuite les ministères de Fleur Pellerin (37 682 euros), celui de Marylise Lebranchu (36 278 euros) et de Dominique Bertinotti (36 043 euros). Pas moins de douze ministères s'avèrent plus généreux que Matignon, qui a alloué en moyenne 33 060 euros à ses 67 collaborateurs. "C'est Michel Sapin qui ferme le bal, avec une modeste rallonge de 670 euros brut mensuels pour les siens", lorsqu'il était ministre du Travail. "A croire, ironise le quotidien, que sa propension à tenir serrés les cordons de la bourse le prédisposait à occuper sous Valls les Finances et les Comptes publics." 

Ce budget est-il en augmentation ?

Si le montant de ces primes de cabinet peut paraître important, est-il pour autant en augmentation ? Pas vraiment, si l'on compare ce montant aux années précédentes. "Passé de 31,9 millions en 2009, année record, le montant global des dotations pour primes de cabinet est progressivement redescendu à 28,4 millions en 2011, puis 25,8 millions en 2013", écrit le quotidien. Selon le projet de loi de finances 2014, les indemnités pour sujétions particulières "demeurent inférieures en moyenne de 9%" par rapport aux primes de cabinet distribuées entre 2007 et 2011.