Jean-Christophe Cambadélis reproche aux ministres d'avoir "une attitude souvent d'enfants gâtés". Alors que la querelle entre Manuel Valls et Cécile Duflot à propos des Roms a gagné tout le gouvernement et une partie de la gauche, le député PS de Paris a lancé, mercredi 2 octobre, "un appel à la raison" qu'il cosigne avec 21 autres parlementaires socialistes. 

Au micro de RTL, l'élu parisien a appelé les membres du gouvernement "à mettre de côté les querelles subalternes", "à prendre en compte la situation extrêmement difficile dans laquelle est la France" et "à mesurer ce qui se passe en ce moment en Europe avec la montée du national populisme dans l'ensemble des pays, qui peut nous amener à une situation épouvantable lors des élections européennes".

Interrogé sur l'opportunité d'une intervention du président de la République, le député socialiste a estimé qu'"hier on avait un autoritarisme colérique de Nicolas Sarkozy et toute la presse s'en offusquait, aujourd'hui on a une autorité bienveillante, un président qui a beaucoup de sang-froid". "Si aujourd'hui il sur-réagissait comme on lui demande, ce serait une nouvelle polémique", a-t-il jugé. "La France n'a pas besoin de polémique. Il prend sur lui, parce qu'évidemment on le montre du doigt dans ces moments."

Le député PS de Paris, Jean-Christophe Cambadélis, sur les bancs de l'Assemblée nationale à Paris, le 11 mars 2013.
Le député PS de Paris, Jean-Christophe Cambadélis, sur les bancs de l'Assemblée nationale à Paris, le 11 mars 2013. (THOMAS SAMSON / AFP)