Notre-Dame-des-Landes : la police déloge les manifestants qui bloquaient le périphérique nantais

Une centaine de tracteurs bloquait depuis le milieu d'après-midi un pont qui donne accès au périphérique de Nantes. Ils ont quitté les lieux peu après 23 heures.

Des tracteurs qui bloquaient le pont de Cheviré, et le périphérique nantais, samedi 9 janvier près de Nantes (Loire-Atlantique). Ils ont été délogés sans violence par la police. 
Des tracteurs qui bloquaient le pont de Cheviré, et le périphérique nantais, samedi 9 janvier près de Nantes (Loire-Atlantique). Ils ont été délogés sans violence par la police.  (JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP)

Mis à jour le , publié le

Les CRS les ont délogés à coup de gaz lacrymogènes. Les agriculteurs hostiles au projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes ont finalement quitté le pont de Cheviré, d'où ils bloquaient le périphérique de Nantes, samedi 9 janvier, peu après 23 heures.

Le blocage avait commencé à 15h30 à l'issue d'une manifestation hostile au projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, qui avait rassemblé entre 7 000 et 20 000 personnes. 

Face-à-face tendu entre manifestants et CRS

Les manifestants réclamaient l'abandon des procédures d'expulsion contre 11 familles et quatre agriculteurs installés sur le site. La situation s'est tendue vers 22 heures, avec l'arrivée de plusieurs dizaines de camions de CRS, accompagnés d'un véhicule lanceur d'eau et d'une grosse dépanneuse.

Vers 23h00, la police les a encerclés pour les déloger, après plusieurs tentatives de négociations. Une importante charge à l'aide de gaz lacrymogènes a été lancée vers 23h45, accélérant le départ des quelque 60 tracteurs qui bloquaient le passage.