DIRECT. Notre-Dame-des-Landes : la police intervient pour déloger les manifestants qui bloquent le périphérique nantais

Ces manifestants demandaient que François Hollande annule les procédures d'expulsion d'une quinzaine de personnes qui habitent sur le site où doit se construire l'aéroport.

Des agriculteurs s'apprêtent à passer la nuit sur un pont de Nantes, samedi 9 janvier 2016, afin de protester contre le projet d'aéroport de Notre-Dames-des-Landes (Loire-Atlantique).
Des agriculteurs s'apprêtent à passer la nuit sur un pont de Nantes, samedi 9 janvier 2016, afin de protester contre le projet d'aéroport de Notre-Dames-des-Landes (Loire-Atlantique). (STEPHANE MAHE / REUTERS)

Mis à jour le , publié le

Ce qu'il faut savoir

Des agriculteurs hostiles au projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes ont refusé de dégager le périphérique de Nantes, alors que la manifestation devait se terminer à 15h30. Selon les organisateurs, 20 000 personnes ont bloqué le périphérique nantais, contre 7 200 selon la police. Les manifestants réclament  l'abandon des procédures d'expulsion contre 11 familles et quatre agriculteurs installés sur le site. Vers 23h00, la police a commencé l'opération pour les déloger.

Les opposants refusent de partir. Les agriculteurs hostiles au projet d'aéroport restent sur le périphérique avec leurs tracteurs. Ils exigent au préalable que le président de la République François Hollande annule les procédures d'expulsion.

Un succès, selon les organisateurs. "La mobilisation paysanne est au rendez-vous au-delà des espérances", a commenté Julien Durand, porte-parole de l'Acipa, la principale association d'opposants au projet d'aéroport nantais.

Une "démonstration de force". Dans quatre jours, une audience cruciale se tient à Nantes. Aéroports du Grand Ouest, le concessionnaire du futur site, compte demander l'expulsion immédiate de ces habitants.

Le live

Suivez le live et réagissez en direct
#NDDL