Noël Mamère torpille Cécile Duflot et la direction d'EELV

Le député écologiste estime que la ministre de l'Ecologie est "la vraie patronne" du parti, désormais dirigé par "un clan", et que Pascal Durand, secrétaire général en partance, n'est qu'un "fusible".

Le député EELV de Gironde, Noël mamère, le 17 septembre 2013, dans les couloirs de l'Assemblée nationale.
Le député EELV de Gironde, Noël mamère, le 17 septembre 2013, dans les couloirs de l'Assemblée nationale. ( MAXPPP)
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Il est habitué aux attaques médiatiques, souvent contre son propre camp, mais la dernière saillie de Noël Mamère est particulièrement acerbe. Le député d'Europe Ecologie-Les Verts a affirmé, mardi 24 septembre, que Cécile Duflot et ses proches étaient derrière l'éviction annoncée de Pascal Durand, le secrétaire national du parti.

Interrogé, lors de  l'émission "DirectPolitique" (sur Linternaute.com et OuestFrance.fr), sur le départ prochain de Pascal Durand, le député de Gironde répond : "Il a été installé ici par ceux-là même qui, aujourd'hui, sont en train de lui montrer le chemin de la porte. C'est Cécile Duflot et ses amis", dit-il, confiant vivre "très mal" cette "éviction".

"Il ne se retrouve plus" dans le parti 

Cécile Duflot est, "aujourd'hui, la vraie patronne d'EELV, il n'y a que les imbéciles ou les naïfs pour croire le contraire", précise-t-il. On appelle 'la firme' ceux qui aujourd'hui détiennent le pouvoir au sein d'EELV et en font le destin, nomment et révoquent ceux qui sont à leurs ordres. Pascal Durand, quelles que soient ses qualités, il n'était dans cette affaire qu'un fusible (...) Au bout d'un an, il ne convient plus", analyse le député-maire de Bègles. Selon lui, ce qui s'est passé ce week-end, lors d'une réunion interne de plusieurs courants, c'est que "ceux qui vont faire la majorité au congrès [du parti] ont décidé de le remplacer par une proche de Cécile Duflot", Emmanuelle Cosse, vice-présidente du conseil régional d'Ile-de-France chargée du logement.

L'élu girondin n'ira "pas au congrès" d'Europe Ecologie-Les Verts, fin novembre à Caen. "Pourquoi irais-je à un congrès dont les jeux sont déjà faits ?" Selon lui, "tout cela s'est fait dans un petit cénacle, un clan, une famille où on a bien organisé la succession de Pascal Durand auquel on offre une jolie médaille en chocolat, avec la direction de la liste aux élections européennes en Ile-de-France".

Il a aussi dit s'interroger "sur le fait de rester dans ce parti parce que je ne m'y retrouve plus beaucoup." Il a enfin qualifié la conférence environnementale d'"opération de séduction pour convaincre les écolos qui n'ont pas eu besoin de beaucoup d'arguments pour rester dans la majorité".