Nicolas Sarkozy reçu par le pape François dans la plus grande discrétion

L'ancien président de la République et son épouse se sont entretenus avec le souverain pontife pendant une demi-heure.

Le président du parti Les Républicains, Nicolas Sarkozy, le 16 mars 2016 à Paris.
Le président du parti Les Républicains, Nicolas Sarkozy, le 16 mars 2016 à Paris. (LEWIS JOLY / SIPA)

Mis à jour le , publié le

C'est un entretien discret. L'ancien président Nicolas Sarkozy a été reçu, lundi 21 mars, en compagnie de son épouse Carla Bruni par le pape François en audience privée, indique des sources concordantes à l'AFP. Signe de la volonté du Saint-Siège de garder à l'entretien un caractère privé, son service de presse n'a pas évoqué la rencontre.

Le nom de l'ancien président ne figurait pas sur la liste des personnalités reçues dans la matinée, parmi lesquelles figuraient le grand-duc Henri de Luxembourg et son épouse. Aucune photo n'a été diffusée. En mars 2014, le pape François avait reçu un autre ancien président français: Valéry Giscard d'Estaing. Cette audience n'était pas non plus apparue parmi les rendez-vous du pape publiés par le Bureau de presse du Saint-Siège.

"Il avait l'air très content à la sortie"

Nicolas Sarkozy était accompagné de son épouse mais aussi de son fils aîné Pierre et d'une petite délégation. Au menu des discussions, selon l'historien et conseiller Camille Pascal qui était présent, il a été question de la laïcité positive, de la famille ou encore de sujets internationaux.

Selon Camille Pascal, cité par l'agence spécialisée sur le Vatican I.MEDIA, "Nicolas Sarkozy avait l'air très content à la sortie. Il a fait part d'un échange très joyeux, en précisant qu'il avait ri à plusieurs reprises avec le pape". L'entretien, qui a débuté vers 12h, heure de Paris, a duré environ une demi-heure.

Une première rencontre avortée en 2014

L'ancien chef de l'Etat et président des Républicains n'avait encore jamais rencontré le pape argentin. En 2014, déjà, Nicolas Sarkozy avait cherché en vain à être reçu par François, élu un an plus tôt. Sarkozy est engagé dans la bataille à droite en vue des prochaines élections présidentielles, bien qu'il n'ait toujours pas officialisé sa candidature à la primaire.

Le pontife argentin a reçu récemment des figures politiques ou militantes françaises, comme la chef de file de "l'Avenir pour tous", Frigide Barjot, et des membres des "Poissons roses", mouvement de catholiques progressistes affiliés au Parti Socialiste.