Droit du sol : Nicolas Sarkozy relance le débat

Après le Front national, c'est Nicolas Sarkozy qui s'empare du sujet du droit du sol. Dans une interview parue ce jeudi 11 août, il se dit favorable à une révision du principe de nationalité automatique.

Voir la vidéo
FRANCE 2

Mis à jour le , publié le

Dans une interview à Valeurs actuelles, Nicolas Sarkozy revendique une ligne dure. Le président des Républicains remet en cause le droit du sol. Un droit du sol sous conditions qui ne serait donc plus automatique. La proposition divise dans le propre camp des Républicains. Pas question par exemple pour Bruno Le Maire ou Nathalie Kosciusko-Morizet de toucher au droit du sol. Pour Nicolas Sarkozy, il s'agit d'une volte-face. 

Réponse immédiate du Premier ministre 

L'an dernier dans son livre, il affirmait être "réservé sur l'opportunité de la remise en cause (...) du droit du sol. Un enfant né en France est Français", assurait-il.  Dans le reste de l'interview, Nicolas Sarkozy très offensif se pose en chef de guerre. En déplacement à Montluçon (Allier), le Premier ministre lui répond : "Nous ne sommes pas attaqués parce que les terroristes croient que nous sommes faibles, comme je l'ai lu ce matin, nous sommes attaqués d'abord parce que nous sommes la France". Dans l'article, Nicolas Sarkozy multiplie les propositions comme se réconcilier avec la Russie ou convaincre les partenaires arabes d'envoyer des troupes au sol pour vaincre Daech.  
Le JT
Les autres sujets du JT
Le président des Républicains Nicolas Sarkozy, le 26 juillet 2016 à Paris.
Le président des Républicains Nicolas Sarkozy, le 26 juillet 2016 à Paris. (BENOIT TESSIER / REUTERS)